Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La société Kléber Rossillon prend les rênes de la Tour de Crest

jeudi 11 avril 2019 à 3:24 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

La ville de Crest (Ardèche) confie la gestion du monument à une société privée, Kléber Rossillon, qui exploite déjà le Train de l'Ardèche et la Grotte Chauvet 2. La décision vient d'être actée en conseil municipal.

La tour de Crest, vestige s'élevant à 52 mètres du château de Crest dans la Drôme (Auvergne-Rhône-Alpes), l'un des plus hauts donjons d'Europe.
La tour de Crest, vestige s'élevant à 52 mètres du château de Crest dans la Drôme (Auvergne-Rhône-Alpes), l'un des plus hauts donjons d'Europe. © Radio France - Patrice Caillet

Crest, France

La Tour de Crest, achetée par la ville en 1988, était gérée ces dernières années en régie municipale. En vingt ans, la muséographie a été retravaillée, le nombre de visiteurs a augmenté. Il est passé de 30 000 à 45 000 visiteurs. Mais la Ville a le sentiment d'avoir atteint un plafond et fait donc appel à des compétences extérieures explique Hervé Mariton, le maire de Crest : "pour faire progresser davantage la Tour, sur le plan culturel, patrimonial, touristique, nous avons besoin de mobiliser des compétences, des réseaux, dont la ville de Crest n'est pas seule maîtresse."

Trois prestataires ont candidaté, c'est le dossier de Kléber Rossillon qui a été retenu. Le groupe prendra les rênes le 1er juillet.

C'est une délégation de service public : la Tour reste propriété de la ville de Crest; Kléber Rossillon verse une sorte de loyer, 10 000 euros par an, à la ville ainsi qu'une part variable en fonction des résultats..

Doubler la fréquentation en dix ans

Le nouveau gestionnaire ambitionne de doubler la fréquentation, passer de 45 à 90 000 visiteurs d'ici dix ans.

Kléber Rossillon compte notamment réaménager la terrasse, mieux mettre en valeur les jardins. Jacques Galland, le secrétaire général de la société : "cette Tour est magnifique, mais il y a une contrainte : elle ne peut accueillir qu'un nombre maximum de visiteurs, notamment l'été. Donc l'une de nos idées, c'est d'étendre l'expérience de visite au-delà de la Tour, et donc de créer des animations, notamment sur la terrasse. Il y a une très belle terrasse, qui se trouve juste en dessous de l'entrée de la Tour; et donc l'idée, c'est d'avoir en permanence des animations l'été." L'accueil de la Tour se ferait aussi en amont des jardins et non pas au pied du monument, "pour faire une montée en puissance vers la Tour". 

Dans un deuxième temps, en 2020, Kléber Rossillon va construire un bâtiment d'accueil, de plus de 60 mètres carrés, avec des projections, une visite virtuelle, pour personnes à mobilité réduite. La muséographie existante dans la tour ne va pas être révolutionnée, mais complétée, améliorée, avec un fil conducteur plus affirmé autour des thèmes prison/liberté.

Kléber Rossillon compte investir 420 000 euros sur les dix ans de sa délégation. 20 000 euros seront aussi consacrés à l'organisation d'une fête autour des 900 ans de la Tour en 2020.

Le maire Hervé Mariton précise que l'accès à la Tour est et restera gratuit pour les Crestois.