Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Culture – Loisirs

La terrasse Caroline : une "folie architecturale" sarthoise choisie par la mission Stéphane Bern

lundi 16 avril 2018 à 4:08 Par Solène de Larquier, France Bleu Maine

Dans le Sud Sarthe, la commune de Poncé-sur-le-Loir possède un joli château renaissance. Et derrière ce château se cache un immense ouvrage rouge et blanc sur trois étages : la terrasse Caroline. Elle a été sélectionnée par la mission Stéphane Bern au grand bonheur de ses propriétaires actuels.

La terrasse Caroline, au château de Poncé-sur-le-Loir, a été sélectionnée par la mission Stéphane Bern.
La terrasse Caroline, au château de Poncé-sur-le-Loir, a été sélectionnée par la mission Stéphane Bern. © Radio France - Solène de Larquier

Poncé-sur-le-Loir, France

Nous vous en parlions il y a quelques jours : la mission Stéphane Bern a retenu trois sites sarthois pour son grand loto du patrimoine. Parmi les monuments que le présentateur veut sauver : la rotonde ferroviaire de Montabon, le prieuré de Mayanne à Dangeul et le château de Poncé-sur-le-Loir ou plus précisément la Terasse Caroline située derrière ce château, un ouvrage gothique classé monument historique et unique en son genre.

Guy de Malherbes et Marie-Hélène de la Forest Divonne devant la terrasse Caroline à Poncé-sur-le-Loir. - Radio France
Guy de Malherbes et Marie-Hélène de la Forest Divonne devant la terrasse Caroline à Poncé-sur-le-Loir. © Radio France - Solène de Larquier

Guy de Malherbes et son épouse Marie-Hélène de la Forest Divonne ont acheté le château il y a huit ans pour y habiter et y créer un lieu d'art contemporain. Depuis ils œuvrent à le restaurer, tout comme la terrasse Caroline Ils sont très heureux de la voir sélectionnée par la mission Stéphane Bern. Cet immense édifice est en "vraies briques peintes en fausses briques comme le voulait la mode de l'époque" raconte Guy de Malherbes. Il s'agit d'une sorte de terrasse à trois étages de 40 mètres de haut avec de grandes fenêtres gothiques. A ses pieds se niche un jardin italien. Guy de Malherbes, le châtelain, est sous le charme de cette construction de 1830 : "C'est une folie architecturale en fait, elle a été construite à flanc de falaise mais sans utilité particulière."

Le jardin italien au pied de la terrasse Caroline à Poncé-sur-le-Loir.  - Radio France
Le jardin italien au pied de la terrasse Caroline à Poncé-sur-le-Loir. © Radio France - Solène de Larquier

Même si ce patrimoine n'est pas dans la famille depuis très longtemps, les propriétaires ont à cœur de le sauvegarder. "Je suis originaire d'un village voisin et je venais ici petit. J'ai grandi dans la Vallée du Loir. Je suis venu ici enfant et je peux dire que c'est Poncé, avec l'activité des potiers de la famille Robert qui a été mon premier éveil à l'art et à la beauté," raconte aujourd'hui celui qui est devenu peintre. Marie-Hélène de la Forest Divonne, elle, possède une galerie d'art à Paris. Le couple a donc non seulement envie de faire vivre le château pour montrer au public son château renaissance et ses jardins classés mais y expose aussi des œuvres d'art.  

La terrasse Caroline, au château de Poncé-sur-le-Loir, a été sélectionnée par la mission Stéphane Bern. - Radio France
La terrasse Caroline, au château de Poncé-sur-le-Loir, a été sélectionnée par la mission Stéphane Bern. © Radio France - Solène de Larquier

Les seuls travaux d'entretien et de restauration du château que la famille habite coûtent très cher. Difficile donc pour le couple d'investir pour sauver la terrasse Caroline. "Il faut déjà faire une étude pour savoir comment elle est composée" explique Guy de Malherbes. Rien que cette étude coûterait dans les 40 000 euros auquel pourrait contribuer le loto du Patrimoine. "Ensuite il y a un débat pour savoir s'il faut la conserver dans son jus, car la partie centrale s'est effondrée, ou s'il faut la reconstruire". Le châtelain a déjà sa préférence : "Je l'ai connue dans les années 80, avant l'effondrement, et je la trouve encore plus belle comme ça".