Culture – Loisirs

A la Vapeur à Dijon, des enfants ont réalisé un album de rock... en un après-midi !

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne et France Bleu mardi 27 octobre 2015 à 21:13

"L'important n'est pas de bien jouer, mais de jouer", insiste Guillaume.
"L'important n'est pas de bien jouer, mais de jouer", insiste Guillaume. © Radio France - Marion Bastit

Ce mardi après-midi à Dijon, la Vapeur organisait un atelier à destination des 6-9 ans. Avec les deux musiciens du groupe Le Club des chats, une dizaine d'enfants ont réalisé un album de rock de A à Z : les paroles, la musique, et même la pochette du disque. Les ateliers continuent jusqu'à vendredi.

Qui n'a jamais rêvé de monter un groupe de rock et de sortir un disque ? Ce mardi après-midi à la Vapeur à Dijon, une dizaine d'enfants de 6 à 9 ans ont pu réaliser ce rêve avec Maïa et Guillaume, les deux musiciens du groupe Le Club des chats. Par groupes de deux ou trois, les enfants ont réalisé un album de A à Z : les paroles, la musique, et même la pochette du disque.

Première étape : choisir un ou plusieurs animaux, la thématique du jour. Ambre et Erin sont tout de suite tombées d'accord sur « les félins : le tigre, le lion et la panthère ». Armées d'un feutre et d'une feuille blanche, elles se lancent dans l'écriture des paroles. Très vite, le premier couplet émerge : « Le tigre est dangereux. Avec ses grands crocs, il fait fuir tous les animaux. » « On essaie d'inventer, et que ça rime parfois », explique Erin. « On se creuse l'imagination », renchérit Ambre.

"On se creuse l'imagination", raconte Ambre, qui écrit les paroles de sa chanson - Radio France
"On se creuse l'imagination", raconte Ambre, qui écrit les paroles de sa chanson © Radio France - Marion Bastit

Bientôt, les premières notes de musique résonnent dans la pièce. Le premier groupe vient de monter sur scène. Louison s'essaie au synthé, tandis que Harry découvre la pédale d'effets de la guitare électrique. « Il faut les ambiancer un petit peu, explique Guillaume, leur dire qu'il peuvent faire n'importe quoi et qu'ils peuvent jouer d'un instrument dont ils ne savent pas jouer. Après, une fois que ce petit vernis est enlevé, ils ont des idées, l'envie de faire des choses. Ça se fait naturellement, comme une sorte d'improvisation joyeuse. »

"Ils peuvent faire n'importe quoi, donc ils sont plus décomplexés" Guillaume

« Le plus dur, c'est qu'ils aient la force d'y aller. Ils ont souvent peur de faire les choses parce qu'ils ont peur de mal faire, surtout avec les instruments, parce que souvent, les instruments sont fragiles ... Par exemple, le papa a une guitare mais on ne peut pas jouer n'importe comment avec. Alors que là ils peuvent faire n'importe quoi, du coup ils sont un peu plus décomplexés. »

Rock expérimental

Quelques minutes plus tard, les trois musiciens en herbe écoutent leur premier enregistrement. Sur fond de gouttes de pluie synthétiques, de riffs de guitare un peu aléatoires et d'un roulement de batterie plutôt bien maîtrisé, la voix de Harry s'élève : « Il était une fois une poule qui allait à la montagne. »  Lucien prend déjà des cours de batterie, mais c'est la première fois qu'il s'enregistre en groupe. « Ça fait drôle, et puis je trouve que c'est bien parce que ça permet de faire connaissance avec d'autres. » Il ne reste plus qu'à graver le morceau sur un CD, dessiner la pochette, et chaque enfant repart avec son album.

Si vos enfants veulent jouer avec leur voix et des machines, il reste encore deux ateliers cette semaine à la Vapeur. L'un jeudi après-midi, destiné aux 6-9 ans, l'autre vendredi après-midi pour les plus de dix ans. Chaque atelier coûte 6 euros par enfant. Inscription obligatoire au 03 80 48 86 04, ou par mail à mediation@lavapeur.com