Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La ville d'Avignon achète les historiques Bains Pommer

jeudi 27 avril 2017 à 10:43 - Mis à jour le vendredi 28 avril 2017 à 10:46 Par Aurélie Lagain, Boris Loumagne et Daniel Morin, France Bleu Vaucluse

La mairie d'Avignon a mis mercredi soir la main sur un trésor art déco : Les Bains Pommer, bains publics très réputés au début du XXe siècle. Ils vont devenir musée.

Les Bains Pommer
Les Bains Pommer © Radio France - Daniel Morin

Rue Philonarde, Avignon, France

La ville d'Avignon s'est rendue acquéreur des Bains Pommer, ce mercredi soir en conseil municipal.

Elle achète un lot comprenant 12 appartements situés rue Philonarde et rue Four de la terre, pour 1,5 millions d'euros. L'un des 12 appartements vendus dans le lot serait destiné à accueillir des touristes. Les 11 autres devraient être revendus auprès d'opérateurs spécialisés.

La ville obtient, en sus, les bains publics. Ce trésor art déco appartenait à la famille Pommer.

Mais l'entretien du bâtiment lui coûtait très cher, trop cher. Et les investisseurs ne se sont pas bousculés pour acquérir le bâtiment.

(Crédits photos Daniel Morin)

Un marché a donc été conclu entre la ville et l'héritière des Pommer. La ville achète les 12 appartements. En contrepartie Madame Pommer cède à titre gratuit les Bains, édifiés en 1890, grande époque de l'hygiénisme. L'établissement avait alors connu son moment de gloire, au début du XXe siècle. Mais en 1972, il a fermé ses portes.

Objectif désormais : transformer le bâtiment en musée de l'hygiénisme, cette doctrine en vogue au XIXe siècle et qui plaçait l'hygiène au centre des préoccupations de la société.