Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Landes : "Premières Lunes", un documentaire pour célébrer l'apparition des premières règles à travers le monde

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu
Morcenx

Une photographe landaise se lance dans un projet de documentaire. Installée à Morcenx-la-Nouvelle, Mélanie Mélot photographie les femmes depuis 12 ans. Avec "Premières lunes", elle veut raconter et témoigner de l'apparition des premières règles chez les adolescentes à travers le monde.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - MANCEAU SERGE

De part son métier de photographe pour les femmes, Mélanie Mélot, 35 ans, explique avoir souvent reçu des témoignages, notamment après un accouchement, de femmes qui n'avaient pas envie de reprendre un rythme intense dès la naissance de leur enfant. L'idée de son documentaire a germé il y a deux ans. La trentenaire explique vouloir "apporter plus de conscience dans les grandes étapes de la vie d'une femme, comme le font les autochtones en réalisant des rites de passage. Marquer les passages cycliques, que ce soit les règles, l'accouchement, la ménopause. On a besoin de temps pour vivre ces moments".

Dans son projet de documentaire, "Premières Lunes", Mélanie Mélot a donc décidé de se concentrer sur l'apparition des premières règles. Un moment banalisé et tabou dans la culture occidentale : "Quand une jeune fille devient femme, la plupart du temps, elle reçoit une boite de serviettes hygiéniques et la vie continue. On est sur un mode de fonctionnement linéaire où on doit être toujours en forme pour correspondre aux attentes de la société et il n'y a pas d'écoute intérieure."

Son idée est donc de faire un parallèle avec d'autres cultures, pour montrer les différentes formes de célébrations, comme "les Navajos, aux États-Unis, qui font une fête qui dure quatre jours pour célébrer la féminité de la jeune fille. Ils arrivent à concilier la contemporanéité avec leur culture et leurs traditions. Sans revenir en arrière, concilier un aspect traditionnel et la vie contemporaine. Et puis dans le contexte sanitaire, on a tous senti le besoin de ralentir".

Appel au financement participatif

Pour finaliser son projet, en cours d'écriture et de réalisation, Mélanie Mélot cherche des financements, des producteurs. Elle va lancer, le 12 octobre prochain et pour un mois, une campagne de financement participatif pour acquérir le matériel avant le tournage. Les personnes intéressées peuvent dores et déjà se pré-inscrire. La photographe a également monté une association de réalisation de documentaires et fait des demandes de subventions auprès de la Région et du Département. 

Elle espère pouvoir commencer à tourner en janvier prochain, d'abord en France hexagonale et éventuellement en Outre-Mer, avant d'avoir suffisamment d'informations pour se rendre par exemple au Rwanda et aux États-Unis, en Arizona. 

À travers son travail, Mélanie Mélot veut "apporter de la conscience au niveau du corps de la femme, sans pour autant passer par des célébrations ou des rituels qui appartiennent à chacun". Son credo : "Ouverture et universalité du statut de femme". Un documentaire qui ne sera pas destiné qu'aux femmes, "aux papas aussi ! Qu'ils puissent voir aussi ce qu'il se fait dans d'autres cultures où les hommes ont une place importante au niveau des premières menstruations. Ils ne sont pas exclus."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess