Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Landes : une cuillère "anti-poison" du musée de Samadet exposée à Québec

lundi 14 janvier 2019 à 18:13 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Une cuillère du musée départemental de la Faïence et des Arts de la table de Samadet va être exposée à Québec, au Musée de la Civilisation pour l'exposition "Venenum : un monde empoisonné". Cette cuillère, du 17e siècle, est un objet rare. Son manche est en corail rouge de méditerranée.

Le corail rouge change de couleur en présence de poison
Le corail rouge change de couleur en présence de poison - ©Dpt40/V.VERON

Samadet, France

Elle va faire un long voyage, de l'autre côté de l'Atlantique. Une cuillère du 17e siècle, acquise en 2009 par le musée départemental de la Faïence et des Arts de la table de Samadet va être exposée à Québec, au Musée de la Civilisation pour l'exposition "Venenum : un monde empoisonné". Une exposition déjà présentée en 2017, au musée des Confluences à Lyon, et reconnue d'intérêt national par le Service des musées de France du ministère de la Culture, et donc reprise en 2019 par le musée de Québec. 

Une cuillère anti-poison

La particularité de l'objet est son utilisation. Le cuilleron, c'est-à-dire, la partie où l'on met la nourriture, est en vermeil. Mais c'est surtout le bout du manche de cette cuillère qui est exceptionnel et rare. Il est en corail rouge de méditerranée. "Ce corail avait une fonction bien particulière. Depuis le Moyen-Age, on pensait que le corail rouge avait comme vertu de changer de couleur ou de se casser en cas de présence de poison. Il suffisait de tremper le corail dans ce qu'on voulait manger", explique Franck Beaudet, agent de valorisation du patrimoine au musée départemental de la Faïence et des Arts de la table de Samadet. 

"Déjà à l'époque, le corail rouge était un objet de luxe" poursuit Franck Beaudet "c'était réservé à des grandes familles ou des familles fortunées. Il fallait plonger sous la mer, assez profond, des fois dans des grottes pour récupérer la matière. Donc, ce sont aussi des objets de prestige", rajoute Franck Beaudet.

Un transport sous haute protection jusqu'à Québec

Toutes les précautions sont prises pour faire voyager ce petit objet de 18 centimètres de long de l'autre côté de l'Atlantique. "Ce sont les grands moyens qui vont être déployés", plaisante Franck Beaudet "il nous faut des autorisations données par le ministère de la Culture, par le ministère des Finances qui s'occupe des douanes, et aussi le ministère de l'Environnement car le corail rouge rentre dans le cadre des conventions internationales des espèces en danger"

La cuillère du musée départemental de la Faïence et des Arts de la table de Samadet est déjà à Lyon. Elle va être prise en charge par la société qui travaille aussi pour le Louvre. "Elle sera mise dans une caisse spéciale transport par avion, avec des protections contre les chocs, des vérificateurs de climat... " détaille l'agent de valorisation du patrimoine au musée. 

L'exposition "Venenum : un monde empoisonné" c'est du 24 avril 2019 jusqu'au 8 mars 2020. Il faudra donc attendre au moins avril 2020 pour revoir la cuillère en corail rouge de méditerranée dans les Landes. "Mais vous avez d'autres choses à voir : une pièce exceptionnelle du 18e siècle qu'on appelle "arbres à dessert", des petits mâts auxquels on suspendait des petits paniers en verre soufflé et dans lesquels on mettait des fruits confits. Et puis, la faïence de Samadet !", conclut Franck Beaudet.