Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Lascaux 3 en Afrique du Sud : les dessous de l'exposition

mardi 15 mai 2018 à 22:52 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

A partir du 17 mai, l'exposition itinérante "Lascaux révélée" sera visible au centre Sci-Bono de Johannesbourg en Afrique du Sud. Faire venir les fac-similés n'a pourtant pas été une mince affaire.

Les Africains pourront bientôt découvrir les fac-similés.
Les Africains pourront bientôt découvrir les fac-similés. © Radio France - Benjamin Fontaine

"C'est un petit succès d'être là," se réjouit Olivier Retout, le directeur de projet de la SPL Lascaux Internationale. Voilà plus de six ans qu'il prospecte partout dans le monde pour vendre l'exposition itinérante aux pays qui veulent bien l'accueillir.

"Nous avons un peu serré la ceinture et le reste" - Olivier Retout

Après plus de deux années passées en Asie, les fac-similés viennent de s'installer en Afrique du Sud, à Johannesbourg, où ils vont rester jusqu'au 1er octobre. L'exposition sera inaugurée ce jeudi 17 mai. "On avait le cœur fendu à l'idée que Lascaux n'allait pas se poser en Afrique qui serait, une fois de plus, le continent oublié. Nous avons un peu serré la ceinture, les boulons et le reste et nous avons fait un très bon prix sans pour autant mettre en péril la société," explique Olivier Retout.

C'est finalement le musée scientifique Sci-Bono, équivalent de la Villette à Paris qui a poussé ses murs pour accueillir l'exposition de 1.000 mètres carrés. Il a fallu plus de huit mois pour rassembler les fonds nécessaires pour permettre aux fac-similés d'être acheminés jusqu'à Johannesbourg.

A l'Institut Français, on explique que ce type de projet n'est pas simple à mener. L'Afrique du Sud est le deuxième pays le plus riche du continent mais les collectivités n'ont pas forcément les moyens de s'offrir ce genre d'exposition. "Ici il faut travailler avec les partenaires privés solides," assure Thomas Vernet de l'Institut Français Afrique du Sud. Avec sa collègue en charge de la culture il a tout fait pour faire venir Lascaux. La BNP Paribas, mais aussi Total et Bolloré ont donc apporté leur soutien financier et logistique.

Créer un dialogue entre Afrique et Europe

"Nous voulions aussi créer une salle pour mettre en avant le patrimoine sud africain qui est très riche. On ne peut pas amener de la préhistoire européenne dans un pays ou la préhistoire est très riche, où il y a des milliers de sites d'art rupestre. Il faut créer un dialogue," ajoute Thomas Vernet. Pas question de froisser les susceptibilités. 

En moins d'un an, les planètes se sont finalement alignées pour Lascaux. Si bien que des discussions seraient déjà en cours en vue d'une éventuelle prolongation de l'exposition.