Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Laval : le mystérieux tableau attribué au Douanier Rousseau enfin dévoilé

mardi 29 août 2017 à 16:13 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne et France Bleu

Plusieurs semaines après qu'un inconnu a offert un tableau attribué au Douanier Rousseau, né à Laval, l'oeuvre a été dévoilée mardi. Avant d'être envoyée en expertise dans les semaines à venir.

La conservatrice des musées de Laval, Antoinette Le Falher à côté du tableau offert par un anonyme
La conservatrice des musées de Laval, Antoinette Le Falher à côté du tableau offert par un anonyme © Radio France - Fabien Burgaud

Laval, France

Un pêcheur en noir de dos, et au loin une cheminée qui dégage de la fumée. Aucun doute, c'est bien le style du Douanier Rousseau sur cette étrange toile intitulée Paysage avec pêcheur. "C'est vraiment dans la patte de Rousseau (1840-1910), c'est sa palette, son style, sa signature. Et au revers de la toile, il y a deux étiquettes de galerie qui ont exposé des œuvres de Rousseau. C'est difficile de dater ses tableaux. Là, ce tableau est assez achevé, ce n'est pas une oeuvre de début de production", analyse Antoinette Le Falher, directrice des musées de Laval.

Le fameux tableau attribué au Douanier Rousseau - Radio France
Le fameux tableau attribué au Douanier Rousseau © Radio France - Fabien Burgaud

"S'il est vrai, le tableau vaut au moins 100 000 euros"

Pour rappel, l'oeuvre a été offerte au début du mois d'août par un homme "âgé, sans héritier, et déçu que Laval, ville natale du peintre, n'ait que 3 œuvres de lui", précisait la carte avec le tableau dans un paquet. La mairie et le musée lancent un appel pour que le donateur se manifeste. Sans lui, impossible de connaître l'histoire du tableau et sa date."C'est sûrement tout début 20e siècle. Par contre, il a fait beaucoup de paysages d’Île-de-France comme ça car c'était facilement vendable pour ses acheteurs, souvent des commerçants à qui il devait de l'argent", estime la conservatrice.

Aujourd'hui les faussaires savent tout faire : vieillir des étiquettes, des toiles. Donc là il faut une expertise scientifique.

"Après la surprise, la joie, il faut redescendre et s'interroger", explique Didier Pillon, l'adjoint à la culture de la ville. Il manque encore l'expertise des services des musées de France pour annoncer que c'est bien la 4e oeuvre du Douanier Rousseau au sein du musée. "Si c'est un vrai, on va davantage communiquer dessus pour attirer les visiteurs mayennais et d'ailleurs", continue-t-il. Question prix, une oeuvre du Douanier s'est vendue 2,6 millions d'euros en décembre. L'artiste a la cote. "Si c'est un vrai, celui-là vaut au moins 100 000 euros" estime Didier Pillon. Ça peut même monter plus haut !"

Ce cadeau tombe à pic pour les 50 ans du musée d'Art Naïf. Surtout avec un tableau d'Henri Rousseau, un véritable ambassadeur de sa ville natale, selon le maire François Zocchetto. "Il est exposé dans les plus grands musées du musée : à New-York, à Paris, à St-Pétersbourg. Ses œuvres atteignent des prix colossaux, d'ailleurs ils sont rarement mis en vente. C'est une reconnaissance un peu tardive, mais je suis heureux en tant que maire, que nous puissions mettre un coup de projecteur", explique l'édile.

Et Picasso se mit à acheter les œuvres du Douanier Rousseau

Reconnaissance tardive ? C'est peu dire que la mairie de Laval a sous-estimé, voire méprisé le peintre à ses débuts. "Il avait proposé à la ville La Bohémienne endormie, un des ses chefs-d'oeuvre aujourd'hui exposé à New-York. Donc on n'a jamais su reconnaître son talent. Et c'est seulement à la création du musée en 1967 qu'on s'y est penché. Des petits tableaux ont été attachés il y a vingt ans seulement. Les gros tableaux ne sont plus sur le marché, mais dans les musées ou chez les collectionneurs", rappelle Didier Pillon, adjoint à la culture.

"C'est le problème de l'art. On ne sait jamais qui va être véritablement un grand artiste. Il n'a jamais été considéré comme un peintre fameux, sauf par Picasso ! L'Espagnol a acheté des tableaux du Douanier Rousseau. Donc on s'est dit que s'il l'estimait, c'est qu'il en valait la peine. Là, le regard a changé. Et puis il y a eu heureusement des grands critiques d'art dans les années 1920, après sa mort, qui ont travaillé sur son travail. Mais de son vivant, Henri Rousseau n'a pas été reconnu", conclut Didier Pillon, intarissable sur le sujet.

Reste maintenant à faire expertiser ce fameux tableau par les services des musées de France. Histoire d'éviter la boulette dans les années 60-70. "Les anciens conservateurs avaient exposé une oeuvre du Douanier Rousseau. Mais plusieurs années après, l'expertise a révélée que c'était une fausse. C'est pour ça qu'on est prudent cette fois", sourit-elle. Une chose est sûre, si c'est un vrai Douanier Rousseau, cela pourrait attirer les curieux. L'an passé 35 000 personnes ont visité le musée d'Art Naïf de Laval.

Le maire François Zocchetto, Antoinette le Falher et Didier Pillon devant l'oeuvre sur un trépied. A côté, les 3 autres tableaux du Douanier Rousseau du musée. - Radio France
Le maire François Zocchetto, Antoinette le Falher et Didier Pillon devant l'oeuvre sur un trépied. A côté, les 3 autres tableaux du Douanier Rousseau du musée. © Radio France - Fabien Burgaud