Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le bar du centre Pompidou Metz investi par l’esprit familial et vintage du Fox

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Changement de décor au bar du centre Pompidou Metz. A partir de ce vendredi, les deux gérants d'un jeune restaurant de Metz prennent les rênes des lieux le temps d’un été. Alexis et Florian y appliquent leur recette à succès du Fox.

Florian et Alexis vous attendent dès 9 heures, tous les jours sauf le mardi.
Florian et Alexis vous attendent dès 9 heures, tous les jours sauf le mardi. © Radio France - François Pelleray

Metz, France

Du changement cet été au centre Pompidou Metz, le bar du musée est confié durant la saison estivale aux deux fondateurs d’un jeune restaurant à succès à Metz, le Fox. Ils ouvrent ce vendredi matin à 9 heures.

Le Fox, avec son style familial et vintage, a trouvé son public en moins de deux ans dans le quartier impérial, rue Gambetta, entre la gare et la place de la République. Ses fondateurs ont accepté en moins d'un mois de prendre en main le bar et la grande terrasse du centre Pompidou Metz, le temps d'un été. Un appel d'offre sera lancé à la rentrée. Le restaurateur Eric Maire a préféré laisser le bar pour se concentrer sur le restaurant du musée, la voile blanche.

Quelle est la clef du succès du Fox ?

Florian nous livre une partie de leur recette : "On défend les produits locaux, on travaille en circuit court, on lutte contre le gaspillage alimentaire donc on est en _flux très tendus_. Nos valeurs humaines consistent à partager une table même avec des gens que l’on ne connait pas, se créer des souvenirs, des moments de vie, sortir un jeu de société, des choses simples mais que l’on ne retrouve plus trop aujourd’hui". 

Comme chez mamie (Alexis)

Alexis poursuit en soulignant l’esprit familial de leur restaurant : "Ce qui est très important, c’est de se sentir comme chez mamie. _Nos grands-mères nous ont tout appris_, ce sont des femmes qui nous ont éduqués, transmis des valeurs. Elles nous ont appris la cuisine, le jardinage, le partage et la famille et c’est ce que l’on essaye de retranscrire au Fox".

Une centaine de petits déjeuners le dimanche

Alexis et Florian ont eu 30 jours pour recruter sept personnes, passer de six à 13 salariés, plus eux deux. Un mois pour installer du papier peint des années 1970, des fauteuils et canapés vintage. Les jardins du Fox ouvrent à 9 heures, donc une heure avant le musée, "c’est très important car on estime que les clients du centre Pompidou doivent avoir la possibilité de prendre un petit déjeuner avant d’entamer la visite. Au Fox, c’est _un produit qui cartonne_, on en vend en moyenne 30 chaque matin, et le dimanche entre 100 et 120". 

Sept personnes ont été embauchée à plein temps pour mener à bien ce projet. - Radio France
Sept personnes ont été embauchée à plein temps pour mener à bien ce projet. © Radio France - François Pelleray

Après avoir nourri son ventre, on peut donc nourrir son esprit. D'ailleurs, l'art a toujours été présent au Fox souligne Florian : "Tous les deux mois nous présentons une nouvelles exposition sur les murs du restaurant. Aujourd’hui, nous sommes installés au milieu de l’art, c’est une belle victoire, la boucle est bouclée".

Les jardins du Fox au centre Pompidou Metz sont fermés le mardi, comme le musée. Les autres jours, ils sont ouverts de 9 heures à 18 heures.

Juste derrière King-kong, le bar du musée. - Radio France
Juste derrière King-kong, le bar du musée. © Radio France - François Pelleray