Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

Le bilan de l'opération "Alerte rouge", des professionnels du spectacle et de l'événementiel

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Leur spécialité c'est le rassemblement. C'est la fête et la convivialité. Les professionnels de l'événementiel tirent la sonnette d'alarme. A cause des mesures sanitaires liées au coronavirus, ils ne peuvent plus travailler.

Alerte Rouge à Malraux à Chambéry
Alerte Rouge à Malraux à Chambéry © Radio France - Luc Chemla

Lancée par le Syndicat national des prestataires techniques pour le spectacle vivant et l'événement, "alerte rouge" est une opération qui vise à mettre en lumière les prestataires techniques du milieu de l'événementiel. Elle s'est déroulée en fin de semaine dernière. Benoit Rastier est le directeur de l'Agence Poisson d'avril en Savoie. Il organise par exemple l'événement Pharaonic au Phare à Chambéry, le plus important festival de musique électronique à Chambéry.

Benoit Rastier, le directeur de l'Agence Poisson d'avril en Savoie.

Quel bilan de cette opération alerte rouge ? 

C'est très positif, on a vu par exemple la mairie d'Evian en rouge, la fontaine des éléphants ou la salle de spectacle Malraux à Chambéry en rouge. C'était pareil au niveau national. On a vraiment besoin que l'Etat nous soutienne. Nous sommes dans une situation extrêmement critique. Tous les rassemblements de masse sont interdits, on ne peut plus faire de spectacles, de concerts, … 

Que demandez-vous ? De quelles types d'aides avez-vous besoin ? 

On a encore besoin des mesures telles que le chômage technique dans nos structures. Il faut qu'on puisse s'en sortir. Si l'équivalent de l'état d'urgence est reporté jusqu’au 31 mars, ça veut dire que tous les gros festivals, tous les gros concerts ne pourront pas avoir lieu. 

Cela fera presque une année blanche pour vous non ? 

Oui et ça concerne aussi tous les prestataires, les traiteurs, les sous-traitants, les sociétés techniques, tous les corps de métier de l'évènementiel et de la culture sont en extrême difficulté. 

Allez-vous continuer à vous mobiliser ? 

Oui nous allons continuer. Il faut aussi qu'on voit la couleur des aides financières annoncées. On parle de 11 millions dédiés à la culture mais aujourd’hui ma société n’a reçu aucune aide.  Je relance tous les jours et je ne sais pas où est cet argent. On ne fait pas l'aumône, nous subissons cette situation, on a besoin d'aide pour sauver nos emplois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess