Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le blob sous l’œil des visiteurs du parc zoologique de Paris

-
Par , France Bleu Paris

Il n'a ni bouche, ni estomac ni cerveau, et pourtant il mange, de développe, se déplace et apprend. De couleur jaune, il n'est ni un champignon, ni un animal, ni un végétal. Quel est donc cette unique cellule présentée depuis samedi au Parc zoologique de Paris, dans le Bois de Vincennes ?

Le blob progresse d'un centimètre par heure, voir de quatre centimètres quand il est affamé
Le blob progresse d'un centimètre par heure, voir de quatre centimètres quand il est affamé © Radio France - F-G Grandin MNHN

75012 Paris, France

En apparence mi-algue, mi-champignon, le blob se reconnait à sa couleur : jaune. Mais ce n'est pas en champignon ni un végétal. Il pousse  dans des zones fraîches et humides telles que les tapis de feuilles des forêts ou le bois mort, et même dans une cave.

D'où lui vient ce surnom ?

Apparu il y a environ 500 millions d'années, juste avant le règne des animaux et l'émergence de la "pluricellularité", le blob s'appelle en réalité « physarum polycephalum », une espèce de myxomycètes de la famille des Physaraceae. Son surnom est une référence au film d'horreur "Blob" d'Irvin Yeaworth sorti en 1958 (avec Steve McQueen), puis réadapté en 2001 par Chuck Russel.

Le blog est immortel

Découpé en morceaux, le blob ne meurt pas : il cicatrise et referme sa membrane en quelques instants, et est capable de résister aux températures extrêmes. Deux blobs côte à côte peuvent fusionner pour former un seul blob. Ce qui bouscule la notion d'individu.

Un système vasculaire "complexe et optimisé, qui passionne les physiciens"."On peut s'en inspirer pour les réseaux: en ingénierie, on étudie sa formation pour l'appliquer à des réseaux électriques. Des blobs ont même été connectés à des ordinateurs", raconte la chercheuse.

  - Radio France
© Radio France - F-G Grandin MNHN

Une intelligence sans cerveau

Le blob est capable de retenir une information : on sait par exemple que le blob n'aime pas le sel ; lorsqu'il se déplace la 1ère fois sur une zone, contenant du sel, il le fait lentement en contournant le sel. Il procède de la même manière les fois suivante mais beaucoup plus rapidement.  Il peut garder cette donné en mémoire plus d'un an et et même la transmettre à un autre blob lorsqu'il fusionnera avec.

Sans oeil, ni neurones - encore moins de cerveau - il possède néanmoins d'étonnantes capacités : il sait optimiser son alimentation, en choisissant, entre deux flans, le meilleur pour sa croissance. Le blob affectionne les champignons ainsi que les céréales : celles là même que nous mangeons au petit déjeuner.

Où voir le blog ?

La blob zone est à découvrir dans le vivarium du Parc Zoologique de Paris à partir dans le bois de Vincennes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu