Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le Cambrésis s'apprête à célébrer le centenaire de la bataille de Cambrai

vendredi 17 novembre 2017 à 6:09 Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord et France Bleu

A partir de samedi 18 novembre et jusqu'au 2 décembre, le Cambrésis commémore le centenaire de la bataille de Cambrai. Une bataille de la Première Guerre mondiale qui marque l'utilisation massive des chars d'assaut et qui a fait 100.000 morts et blessés parmi les soldats allemands et britanniques.

Bataille de Cambrai
Bataille de Cambrai - Photo d'archives

Cambrai, France

Les commémorations du centenaire de la bataille de Cambrai commencent ce samedi à Flesquières dans le Nord, avec notamment un camp de reconstitution militaire 1914-1918. A Cambrai, l'exposition "la bataille de cambrai 2.0" ouvre ses portes ce même jour à la salle de la manutention.

Pendant 15 jours, des dizaines d'évènements sont programmés avec en point d'orgue le défilé du Royal tank Regiment dans les rues de Cambrai le 26 novembre pour célébrer cette bataille qui a marqué un tournant dans la Grande Guerre. Tournant car c'est en quelque sorte la naissance de la guerre moderne avec l'utilisation massive de chars d'assaut couverts par l'aviation.

Après un nouvel échec à Ypres en Belgique, les britanniques décident de changer de stratégie militaire pour percer la ligne Hindenburg, et encercler Cambrai, centre du ravitaillement allemand.

Camp de base avant la bataille de Cambrai - Aucun(e)
Camp de base avant la bataille de Cambrai - Archives

Près de 500 tanks utilisés

Comme le terrain du Cambrésis est plus plat, plus ferme, moins creusé par les bombardements que sur le front des Flandres, c'est l'occasion de tester l'utilisation massive de chars.

En quatre nuits dans le plus grand secret, près de 500 tanks gagnent la région d'attaque et se dissimulent dans les bois et les villages en ruine. Le 20 novembre 1917 à 6h10, l'assaut est donné. Dès le premier jour, la ligne est enfoncée sur 8 à 19 kilomètres, à tel point que les cloches de Londres annoncent la victoire. C'est le Cambrai Day.

Mais la contre offensive allemande est terrible. Au bout de trois semaines de combat, les alliés se replient, et la ligne de front n'a presque pas bougé.

Deborah, le tank, un des derniers vestiges de la bataille

Parmi les vestiges de cette bataille, il reste Deborah, le seul tank retrouvé entier à Flesquières par Philippe Gorczynski, passionné d'histoire locale. Il fait partie des sept derniers tanks du genre dans le monde. Il est classé depuis 1999 aux monuments historiques au titre du patrimoine historique.

Le monstre d'acier de 28 tonnes a été déterré en 1998. En août dernier, il a rejoint le Cambrai Tank 1917, le tout nouveau centre d'interprétation de la bataille de Cambrai qui sera inauguré le 25 novembre. Un outil de la communauté d'agglomération de Cambrai qui permettra de mettre en réseau tous les sites de mémoire du secteur et attirer de nouveaux visiteurs.

20 novembre 1998 : des joueurs de cornemuse écossais jouent debout sur le char anglais découvert à Flesquières, près de Cambrai - AFP
20 novembre 1998 : des joueurs de cornemuse écossais jouent debout sur le char anglais découvert à Flesquières, près de Cambrai © AFP - Olivier Morin