Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le canal d'Orléans en fête pour la mise à l'eau de la Belle de Grignon

vendredi 7 septembre 2018 à 18:26 Par Anne Oger, France Bleu Orléans

Près de dix ans après le lancement du chantier de construction de cette flûte berrichonne, le bateau traditionnel des mariniers du Cana d'Orléans, elle est mise à l'eau en grandes pompes. Une dizaines de passionnés, d'anciens artisans à la retraite, ont participé à ce chantier

La flûte berrichonne "Belle de Grignon" à Vieilles-Maison sur Joudry
La flûte berrichonne "Belle de Grignon" à Vieilles-Maison sur Joudry © Radio France - Anne Oger

Vieilles-Maisons-sur-Joudry, France

Au 17ème siècle, le port de Grignon, à Vieilles-Maisons sur Joudry, au coeur de la forêt d'Orléans, était un lieu stratégique de la navigation fluviale. Situé sur le Canal d'Orléans, il permettait l'acheminement du bois de la forêt d'Orléans, "dont Louis XIV avait besoin pour bâtir les immeubles de Paris" explique Denis Godeau, le président de la Maison des Loisirs et de la Culture de Vieilles-Maisons, à l'origine du projet. "Il avait mandaté un négociant en bois pour construire ce canal et rejoindre celui du Loing, et ensuite la Seine"

100 tonnes à hâler sur les chemins le long du Canal d'Orléans, ça tirait dans les côtes !

Pour faire revivre ce port de Grignon, et valoriser le Canal d'Orléans, la Maison des Loisirs organise des fêtes des mariniers, et lance l'idée, en 2007, de reconstruire un bateau traditionnel, emblématique de l'histoire de la marine fluviale et notamment du canal d'Orléans et du canal du Berry : la flûte berrichonne, une péniche de 27 mètres de long, capable de transporter 80 tonnes de marchandises, qui naviguait entre 1850 et 1954, date de la fermeture du Canal d'Orléans. Longtemps hâlées par des mariniers, avant l'apparition des bateaux à moteur. "Avec le poids du bateau, ça faisait environ 100 tonnes à tirer, autant vous dire que c'était dur dans les côtes !" plaisante Patrice Bourillon, l'un des passionnés qui a rejoint le projet. 

Le savoir-faire de chacun et la passion de tous

Lui est chauffagiste de métier, mais ça ne l'a pas empêché de participer à la construction de ce bateau en bois, pendant plus de cinq ans. "Ca a été surtout une belle aventure humaine, parce que chacun a amené son expérience, et appris de l'expérience des autres". L'expérience de Jean-Claude Habert et de Jean-Jacques Lapeyre, tous les deux menuisiers, qui ont apporté leur savoir-faire, mais qui ont aussi beaucoup cherché, se sont beaucoup documentés, pour retrouver des techniques et des pratiques ancestrales. "Bon on n'a pas utilisé des chevilles de bois, comme ceux qui construisaient les bateaux à l'époque, pour fixer les bois entre eux, il faut parfois s'adapter" concède Jean-Jacques Lapeyre, le chef du chantier

On lit, on va voir des professionnels, on apprend, on fait, on défait, on recommence

Mais le calfatage, par exemple, la mission particulière de Jean-Claude Habert, est lui issu d'une technique ancestrale qui n'avait aucune raison d'être modifiée. "Il s'agit de boucher les trous entre les planches, avec une corde de chanvre, du goudron et du mastic" explique Jean-Claude. Lui habite à Bouzy la Forêt, loin de la mer, mais il est passionné de bateau. "Alors dès que j'ai entendu parler de ce chantier, je me suis senti obligé de participer. Pour apprendre à faire, on lit, on va voir des professionnels, on fait et on défait. Mais on passe aussi beaucoup de temps à apprendre, à chercher ce qui se faisait avant"

Un week-end de festivités à l'occasion de la mise à l'eau

La mise à l'eau, ce samedi 8 septembre, de la Belle de Grignon, est un événement pour Jean-Claude Habert et ses camarades, une dizaine de passionnés au total, qui, ces derniers mois, ont travaillé d'arrache-pied, pour terminer leur flûte dans les temps. "Pour l'instant on n'est pas encore dans l'émotion" confie Patrice Bourillon, "mais dans les derniers préparatifs. Peut-être que demain, quand même..." 

Le programme du week-end autour de la Belle de Grignon - Aucun(e)
Le programme du week-end autour de la Belle de Grignon - Capture écran site belledegrignon.fr

Son et Lumière, guinguette, et chants de mariniers

Et pour marquer l'événement, la Maison des Loisirs de Vieilles-Maisons organise tout ce week-ends des festivités autour de cette mise à l'eau, avec un spectacle son et lumière, qui précédera ce moment fort, ce samedi soir. Tout un week-end de fête pour saluer le travail et l'investissement de cette bande de passionnés au pari un peu fou. Pour l'occasion des mariniers de Loire ont fait le déplacement de Chateauneuf sur Loire, de Gien. Le site ouvre ses portes à 14h, l'entrée est payante, avec des chants de mariniers, des guinguettes, et des animations. Et le clou du spectacle : la mise à l'eau de la Belle de Grignon, à partir de 20h, autour d'un Son et Lumière retraçant l'aventure. Les festivités se poursuivent ce dimanche, et cette fois l'entrée est gratuite. Toutes les informations sur belledegrignon.fr