Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Culture – Loisirs

Le Carnaval de Manthelan fête ses 150 ans cette année

dimanche 10 mars 2019 à 7:06 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Sept chars, construits depuis des mois par le comité des fêtes, vont défiler dans Manthelan dès 10h ce dimanche. C'est le 150ème anniversaire de ce carnaval, aujourd'hui inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France.

Carnaval de Manthelan édition 128.
Carnaval de Manthelan édition 128. © Radio France - Simon Soubieux

Indre-et-Loire, France

C'est une institution en Indre-et-Loire ! Le Carnaval de Manthelan fête cette année son 150ème anniversaire. Dès 10h ce dimanche, sept chars défileront dans le centre ville et cela va durer toute la journée. Les chars sont préparés depuis des mois par le comité des fêtes. Avec bien sûr pour thème cette année, le 150ème anniversaire. 

Pipelet et Cocodache, les papas du Carnaval de Manthelan

Chaque année, entre 4 à 5000 personnes se déplacent dans ce petit village de 1400 habitants situé dans le Lochois, mais à l'origine, ce carnaval, la ville le doit à seulement deux personnes. Deux gais lurons comme les appelle la présidente du comité des fêtes, deux habitants de Manthelan surnommés Pipelet et Cocodache. L'un est menuisier, l'autre peintre. Le premier est passionné de violon, il joue le dimanche et les jours de fêtes dans son atelier de menuiserie qui pour l'occasion se transforme en piste de danse. Le deuxième est son ami, aussi fêtard que lui. C'est de là que naît le carnaval, par la venue d'autres habitants également qui ont aussi envie de s'amuser à cette époque. Les chars naissent à leur tour. Ils sont alors tirés par des chevaux, chevaux remplacés aujourd'hui par des tracteurs, attelés à l’avant ou même directement intégrés dans le char. 

Six mois de préparation sont nécessaires 

Tout cela nécessite bien sûr une grosse préparation, 6 mois de réflexion, de construction, d'assemblage en grillage et papier mâché pour finalement aboutir cette année à sept chars, dont celui, traditionnel, de sa Majesté Carnaval. C'est le comité des fêtes qui s'y colle, un petit noyau de fidèles selon sa présidente. Une petite trentaine de personnes qui continue donc de faire vivre cette tradition, aujourd'hui inscrite à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France dans la catégorie pratiques festives.

Les subventions reçues par l'association sont de l'ordre de 6 à 9000 euros, alors que l'organisation du carnaval coûte à elle seule 50 000 euros. Autant dire que le comité des fêtes compte sur la mobilisation des spectateurs pour que son carnaval continue à durer dans le temps. La fête est payante en effet, 7 euros l'entrée à partir de 12 ans, 4 euros pour les personnes déguisées.