Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : On tourne en Limousin....Un Village français

Le chef Patrick Figueras, véritable figure du cinéma et de la série "Un village français"

dimanche 31 juillet 2016 à 18:04 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Cette semaine, nous nous intéressons à la série télé "Un village français" dont les extérieurs sont tournés en Limousin depuis huit ans. Aujourd'hui, gros plan sur un homme de l'ombre mais que tout le monde connait dans le milieu : Patrick Figueras, le plus réputé des Chefs de cantine de cinéma.

Patrick Figueras dit "Figu" dans son camion cuisine au lieu dit La Varache
Patrick Figueras dit "Figu" dans son camion cuisine au lieu dit La Varache © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

Il est l'un de ces nombreux hommes (et femmes) de l'ombre sur le tournage. Et il a un rôle capital. Patrick Figueras est le chef cuisinier de la cantine de la série "Un village français". Dans ce microcosme, tout le monde le connait, y compris les réalisateurs américains comme Steven Spielberg. Claude Chabrol l'imposait sur tous ses tournages par contrat avec ses producteurs. Quand on connait l'importance qu'avait la "bonne bouffe" pour Chabrol, on comprend vite que "Figu" est un incontournable. Et pas seulement pour la qualité de ses plats selon Laurent Cavalier, le directeur de production :"Patrick Figueras, c'est le pape de la cantine de cinéma ! C'est vraiment un personnage, une présence, un accueil. Ça change l'ambiance des tournages d'avoir une présence comme celle là. C'est pour ça que je le prend sur presque tous mes films quand il est libre. Il apporte tellement à la bonne ambiance que c'est fondamental."

Cet amoureux du Limousin est incollable sur les viandes locales

D'ailleurs, les acteurs l'adorent à l'image de Thierry Godard, alias Raymond Schwartz, le patron de la scierie, dans la série Un village français :"Il est incontournable dans la télé et le cinéma français. Tout le monde se l'arrache. Parce qu'il conjugue son caractère, quelqu'un d'une humanité incroyable, et son savoir faire culinaire qui est exceptionnel. Il travail avec les produits du terroir tout le temps. Là on est à Limoges, il va acheter une vache sur pied, la découper et on va la manger à midi. Quand c'est l’époque des champignons, il part avec sa femme chercher des cèpes. On est vraiment dans ce qui se fait de meilleur, de plus frais. C'est juste le top ! C'est quelqu'un de très généreux, et dans sa cuisine et dans la manière d’accueillir les gens. D'ailleurs, on l'a un peu limité sur les quantités parce qu’au début, on prenait un petit peu, on arrivait plus à rentrer dans les costumes..."

Les figurants en pleine pause déjeuner à La Varache - Radio France
Les figurants en pleine pause déjeuner à La Varache © Radio France - Jérôme Ostermann

Patrick Figueras qui s'adapte à chaque territoire dans lequel il tourne. Car il ne travaille qu'avec des produits frais. Il va les chercher à Limoges tous les matins. Et en Limousin, une terre qu'il adore (cf sujet de lundi sur "leur Limousin"), ce périgourdin pur jus (il vit à Grignols) se régale avec les viandes locales :"En Limousin, on n'a que le choix. Là par exemple c'était du bœuf du Limousin. Je prend du veau de saint-Yrieix, il y a le porc cul noir. Et vous avez l'agneau, le Baronet, exceptionnel. Avec ça, on a de quoi nourrir les gens. Et ici, je ne prend pas autre chose que des produits du Limousin." Un chef qui chaque jour doit aussi d'adapter aux lieux de tournage, souvent en pleine nature. Avec ses camions et son équipe, il déploie toute une cantine avec bien souvent, une bonne centaine de couverts chaque midi pour les acteurs, techniciens et autres figurants. Et cela dure depuis 1988.