Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le Conseil d'État oblige la ville de Baillargues à revoir son projet de parc multi-glisse

mardi 17 juillet 2018 à 6:09 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault

Un nouveau coup d'arrêt pour le parc multi-glisse de Baillargues (Hérault). Le Conseil d'État vient d'invalider la cession d'une partie des terrains destinés à la construction du parc. Son ouverture, initialement prévue en 2019, risque donc être retardée de plusieurs mois.

Le projet de parc Gérard Bruyère
Le projet de parc Gérard Bruyère - Commune de Baillargues

Baillargues, France

Il va falloir patienter un peu plus longtemps que prévu avant d'espérer pratiquer le ski nautique à Baillargues ou faire son jogging autour du plan d'eau du futur parc multi-glisse.

Après avoir pourtant donné son accord il y a tout juste un an et avoir même déclaré le projet de parc Gérard Bruyère d'utilité publique, le Conseil d'État vient, contre toute-attente, de donner raison à un énième recours déposé par l'opposant historique à ce projet, Marc de Pillot de Coligny.

La plus haute juridiction française en matière de droit administratif a en effet invalidé la cession d'une partie de deux parcelles de terrains indispensables à la construction du futur parc, dont une appartient à ce dernier.

La commune va devoir revoir sa copie

Dans leurs conclusions, les juges du Conseil d'État affirment que la commune de Baillargues n'a pas réalisé de document d'arpentage, un document établi par un géomètre pour définir précisément les parcelles qui lui appartiennent, alors que le commissaire enquêteur l'avait précisément recommandé dans son rapport. L'arrêté du 11 septembre 2013 pris par le préfet de l'Hérault, et qui avait lui aussi reconnu le projet d'utilité publique, est donc annulé. 

Une décision qui oblige maintenant la commune de Baillargues à revoir sa copie. Avec pour principale conséquence le rallongement des délais d'achèvement du futur parc.

"Un enquiquineur procédurier..."

Jean-Luc Meissonnier, maire de Baillargues et vice-président chargé des sports à l'agglo de Montpellier, prend acte de la décision du conseil d'Etat, mais avec humour et philosophie : "On a à faire à un enquiquineur procédurier qui multiplie les recours depuis plusieurs années. Pour l'instant nous on joue en défense. Mais on a un bon collectif et on va voir comment on peut mettre un avant-centre qui peut aller percuter et mettre quelques buts en face !"

Un projet qui tarde à sortir de terre

C'est en janvier 2014 que les premiers coups de pelle de ce parc de 12 hectares situé à l'entrée nord de la commune ont été donnés. À l'origine, il s'agissait de créer un bassin de rétention pour éviter les inondations. 

Le projet prévoit à présent de devenir une référence en matière de sports de glisse, notamment pour la pratique du wakeboard, et pouvant à terme accueillir des épreuves du FISE. Le parc devrait aussi comporter un sentier de 2,5 kilomètres pour pratiquer le footing ou le roller. 

Compte tenu de ce nouveau recours, il ne devrait pas être terminé avant 2020.