Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Débarquement : le "Dakota" de la batterie de Merville fête ses dix ans

dimanche 10 juin 2018 à 17:11 Par Marc Vantorhoudt, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Il y a dix ans, il s'installait près des blockhaus de la batterie de Merville. Le "Dakota", le surnom de ce Douglas C-47 Skytrain "Snafu Special", qui a participé au largage de parachutistes sur la région lors du Débarquement, est devenu avec le temps le symbole de la batterie.

Le "Dakota" est le surnom de ce Douglas C-47 Skytrain qui a participé au transport de parachutistes le jour du Débarquement.
Le "Dakota" est le surnom de ce Douglas C-47 Skytrain qui a participé au transport de parachutistes le jour du Débarquement. © Radio France - Marc Vantorhoudt

Merville-Franceville-Plage, France

Ils sont tous là : les dix volontaires, dans leur blouse rouge, partis en novembre 2007 en Bosnie-Herzégovine récupérer l'avion ; le maire, Olivier Paz, à l'origine de l'initiative ; l'ancienne ambassadrice de France en Bosnie, Maryse Berliot ; et tous les autres membres de l'association Merville Dakota, et ceux de la batterie, tous réunis pour fêter les dix ans de l'une des principales attractions du site : le Douglas C-47 Skytrain, surnommé "Dakota"

Les principaux acteurs de l'arrivée du Dakota sur le site de la batterie de Mervlle réunis à côté de l'avion.  - Radio France
Les principaux acteurs de l'arrivée du Dakota sur le site de la batterie de Mervlle réunis à côté de l'avion. © Radio France - Marc van Torhoudt

L'avion des parachutistes du Débarquement

Car cet appareil est particulier : c'est celui qui transportait les parachutistes britanniques largués au-dessus des marais pour s'emparer de la batterie allemande de Merville. "Dans cet appareil il y avait 18 hommes en plus des membres d'équipage, explique Patrick Elie, président de l'association Merville Dakota, qui s'occupe de l'avion. Mais en tout, ce sont 750 soldats du 9e bataillon de la 3e brigade aéroportée britannique qui ont sauté sur l'objectif."

Malheureusement, seuls 250 d'entre eux parviennent à se regrouper. "Beaucoup ont été largués trop loin, et certains se sont noyés dans les marais inondés par les Allemands, raconte Patrick Elie. Les 250 soldats se sont emparés des canons avant de poursuivre vers leurs autres objectifs." Quant à l'avion, il est revenu à sa base d'attache, avant de redécoller pour assurer le ravitaillement des troupes.

Un tour d'Europe 

Ensuite, l'appareil est baladé partout en Europe, d'abord vendu à l'aviation tchécoslovaque, puis à la Yougoslavie. Il finit abandonné sur un aérodrome de Bosnie-Herzégovine. "Il était vraiment en mauvais état quand nous l'avons découvert, sur les indications d'un militaire passionné d'histoire de l'aviation, se souvient Maryse Berliot, alors ambassadrice de France dans le pays. Il était rouillé, et servait de bar aux troupes européenne chargées du maintien de la paix sur place." 

Elle entre alors en contact avec Olivier Paz, maire de Merville-Franceville, à la recherche de l'un de ces appareils pour le musée de la batterie. "_Le problème, c'est que les Bosniens ne voulaient pas vraiment le laisser partir_, estimant qu'il faisait partie de leur patrimoine et leur histoire", poursuit l'ancienne diplomate.

Le retour en Normandie

Aussitôt une équipe de dix Mervillais passionnés se rend sur place. Jean-Pierre se souvient : "_On a démonté l'avion pièce par pièce pour le charger sur trois camions croates_. Huit jours plus tard, les pièces sont arrivées à Carpiquet." Là, à partir de janvier 2008, une équipe d'une quarantaine de bénévoles se relaient pour mener la restauration à bien : "On a décapé la carlingue, qui était aux couleurs yougoslaves, avec l'étoile rouge sur les ailes. Il fallait la remettre en état ! On l'a repeinte pour qu'il soit comme le jour du 6 juin."

Le cockpit a été restauré pour ressembler exactement à ce qu'ont connu les pilotes de l'avion le jour du Débarquement.  - Radio France
Le cockpit a été restauré pour ressembler exactement à ce qu'ont connu les pilotes de l'avion le jour du Débarquement. © Radio France - Marc van Torhoudt

Ensuite, l'équipe de l'association Merville Dakota se charge du réaménagement de l'intérieur de l'appareil : harnais, cartes, tableau de bord, tout est refait à l'identique. "Ce sont des passionnés qui recherchaient chaque pièce sur des sites spécialisés et sur E-Bay, raconte Jean-Pierre. Que l'avion soit toujours là, aussi bien entretenu, dix ans après, c'est formidable !" Un film a même été tourné sur l'aventure

On a démonté l'avion pièce par pièce pour le ramener en Normandie.

Chaque année, il reçoit la visite de près de 70 000 personnes. Le 6 juin dernier, l'avion et tous les bénévoles du musée et de l'association ont été récompensés, avec l'organisation des cérémonies officielles du 74ème anniversaire du débarquement sur le site de la batterie