Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le festival Au Foin de la Rue contraint d'annuler son édition 2021 prévue en juillet

-
Par , France Bleu Mayenne

Philippe Katherine et Gaël Faye ne chanteront finalement pas à Saint-Denis-de-Gastines en juillet. Le festival Au Foin de la Rue annonce qu'il est obligé d'annuler son édition 2021. "On ne se reconnaît pas dans les réponses apportées" par la ministre de la Culture, déplorent les organisateurs.

L'affiche de l'édition 2021 du festival "Au Foin de la Rue" à Saint-Denis-de-Gastines
L'affiche de l'édition 2021 du festival "Au Foin de la Rue" à Saint-Denis-de-Gastines - Capture d'écran - Facebook "Au Foin de la Rue"

Voilà plusieurs semaines que les Mayennais attendaient avec impatience de sortir du flou concernant l'agenda des festivals du département. En raison de l'épidémie de coronavirus, le gouvernement impose des règles strictes : un jauge fixée à 5 000 personnes en places assises. Des mesures trop restrictives pour les organisateurs du festival Au Foin de la Rue : pour les organisateurs, "la programmation ne s'y prête pas". Il devait se tenir les 2 et 3 juillet à Saint-Denis-de-Gastines avec comme têtes d'affiche Philippe Katherine et Gaël Faye. Après des semaines d'incertitudes et plusieurs réunions avec leur ministre de tutelle, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, les organisateurs du festival mayennais ont finalement décidé d'annuler l'édition 2021. "C'est un crève cœur, c'est triste", réagit François Mareau, le co-président de l'association.

Des règles sanitaires qui finissent par épuiser les organisateurs

Lors des dernières réunions en visioconférence avec la ministre, les représentants du secteur ont "défendu la nécessité que les festivals puissent se tenir debout, pour les esthétiques musicales qu'ils programment, pour leur territoire, pour leur public, pour les bénévoles qui œuvrent, pour tout l’écosystème qui les entoure mais aussi pour le lien social, la convivialité́ et le besoin urgent de VIVRE", expliquent dans un communiqué de presse ce jeudi les membres du conseil d'administration d'Au Foin de la Rue. "On ne se reconnait pas dans les réponses apportées par Madame Bachelot !", déplorent-ils. Pour le co-président d'Au Foin de la Rue, François Mareau, "il y a des styles musicaux qui ne se prêtent pas" aux concerts assis, comme le rap et l'électro. "C'est fade, je vois mal les gens venir regarder un concert sans ambiance, sans savoir s'ils peuvent manger, boire voire-même dormir sur place, c'était inconcevable pour nous de partir sur ce système-là", regrette-t-il.

"C'est déplorable, on avait déjà bien bossé sur la programmation"

Depuis le début de l'épidémie, François Mareau, le co-président du festival, et ses collègues n'ont cessé de s'adapter aux diverses mesures imposées par le gouvernement : "Nous faisons, défaisons, refaisons, proposons, composons, recomposons, adaptions". Il était fier de la programmation élaborée pour l'édition 2021, mais à force de s'adapter l'énergie des équipes en a pris un coup. "Ça commence à devenir épuisant pour tout le monde".

"Exit nos moments de partage avec les festivaliers autour d’une bière, les danses endiablées devant des artistes survitaminés, les sourires affichés, le montage dans la convivialité́ quel que soit son âge ou son statut !"

Pas question de couper le son cet été

Si les organisateurs d'Au Foin de la Rue ont décidé d'annuler l'édition 2021, ils ne souhaitent pas pour autant couper le son cet été, ils réfléchissent ainsi à d'autres alternatives, comme des plus petits événements. "On a une commune qui déborde d'énergie, des bénévoles qui débordent d'énergie, donc on va réussir à faire quelque chose pour cet été", promet François Mareau. 

Un coup dur financier

C'est la deuxième fois que les organisateurs sont contraints d'annuler les festivités estivales de Saint-Denis-de-Gastines. Or le festival représente 80% des recettes de fonctionnement de l'association Au Foin de la Rue et 70% de leurs subventions sont conditionnées à la tenue du festival. "Nous échangeons actuellement avec les collectivités pour pouvoir imaginer des événements alternatifs sur notre territoire pendant le printemps et l’été", assure ainsi le conseil d'administration.

La nouvelle étant toute fraîche, la décision prise très récemment, les modalités de remboursements n'ont pas encore été fixées. Elles le seront dans le courant du mois d'avril, "le temps de gérer toutes les implications budgétaires et administratives", indique le festival. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess