Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le festival "Chalon dans la rue" est-il menacé ?

mardi 12 avril 2016 à 6:26 Par Christophe Tourné et Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Des négociations décisives démarrent ce mardi matin entre les co-financeurs du festival "Chalon dans la rue". Elles promettent d'être animées. La mairie de Chalon veut en effet réduire de cent mille euros sa subvention attribuée à l'Abattoir, la structure qui organise le festival.

Chalon dans la rue
Chalon dans la rue © Radio France - Stéphanie Pérenon

Chalon-sur-Saône, France

La Fédération nationale des arts de la rue est inquiète car après une première baisse des subventions en 2015, la mairie de Chalon-sur-Saône envisage une nouvelle réduction de cent mille euros des dotations attribuées à l'Abattoir, la seule structure labellisée "CNAR" (pour "Centre national des Arts de la rue") en Bourgogne Franche-Comté. Il en existe 13 en France.

Or c'est précisément l'Abattoir qui organise chaque année le festival Chalon dans la rue, l'un des plus gros événements culturels du genre en France. La municipalité demande donc à l'Etat de prendre ses responsabilités financières, pour ne pas supporter tout le poids de ce budget.

Pour Gilles Platret, le maire les Républicains de Chalon-sur-Saône, il n'y a aucun désengagement de la part de la ville. Au contraire même : malgré la baisse des dotations de l'Etat, elle participe toujours à hauteur de 60% dans le budget des arts de la rue, ce qui est selon lui unique en France.

« L'Etat est toujours à hauteur de 20, 22%, explique Gilles Platret, et quand vous prenez l'exemple d'Aurillac qui est une ville qui a un festival extraordinaire, la ville d'Aurillac n'en finance qu'1%, la communauté d'agglomération, 27% et l'Etat, 31%. Je prends cet exemple, je pourrais vous en citer douze autres. Il n'y a pas une ville de France qui paye autant que Chalon-sur-Saône pour les Arts de la rue.»

Le maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret

Mais pour la présidente de la Fédération Nationale des Arts de la rue, chaque projet culturel en France s'inscrit dans un contexte unique. Il est donc inutile de vouloir les comparer estime Lucile Rimbert.

« Que ce soit un centre national des Arts de la rue qui bénéficie d'un label ou que ce soit d'autres porteurs de structures, ce sont des contextes différents et vous avez des financeurs différents. On ne peut pas comparer ce qui n'est pas comparable. Je pense que la situation de Chalon-sur-Saône parce qu'on se trouve avec des financeurs qui n'ont pas la même sensibilité politique, parce qu'on a un centre national des Arts de la rue qui a une présence continue. On ne pas comparer des situations qui sont différentes. »

La présidente de la Fédération Nationale des Arts de la rue, Lucile Rimbert

Selon le budget primitif adopté par la municipalité, les dotations de Châlon à son festival resteront inchangées pour la 30e édition cette année, à 672.000 euros. Elles passeraient en revanche à 290.000 euros pour l'Abattoir, soit 100.000 euros de moins.

Festival majeur en Bourgogne-Franche-Comté et en France, "Chalon dans la rue" rassemble chaque année 250.000 spectateurs ..

Chalon dans la rue 2015 - Radio France
Chalon dans la rue 2015 © Radio France - Stéphanie Pérenon