Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Dossier du jour de France Bleu Vaucluse

Le festival d'Avignon se concrétise en juin

lundi 11 juin 2018 à 6:45 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

En juin, le festival d'Avignon est en plein travail: signature des contrats, réception des décors, montage des plateaux, logement des 60 compagnies, billetterie des 113 000 places mais aussi vérification de tout le matériel électrique... et même du papier toilette pour les loges.

L'affiche de la 72° édition est accrochée au bureau du Festival d'Avignon
L'affiche de la 72° édition est accrochée au bureau du Festival d'Avignon © Radio France - Philippe Paupert

Avignon, France

Dans les bureaux du festival, ce mois de juin est celui des plannings, des réunions et des décomptes sur le calendrier. L'effectif est passé de trente permanents du festival à sept cent cinquante employés saisonniers. 

Toute une paperasserie en juin pour pouvoir jouer en juillet

Damien Godet, l'administrateur général explique qu'il doit "préparer tout ce qui ne se voit pas,  du pur administratif et juridique. Par exemple, tous les dossiers des artistes étrangers ou mineurs: il faut des autorisations pour les accueillir sur nos plateaux. Il faut vérifier auprès des soixante compagnies. C'est toute une paperasserie pour pouvoir jouer".

Virtuose des plannings, la directrice de production et logistique du Festival compte prés d'un millier de personnes à loger en juillet... mais elle ajoute qu'il faut aussi "les transférer de l’aéroport aux théâtres; transporter les décors qui arrivent par bateau ou par avion". Pendant le mois de juin, Julie Bordez doit aussi garder l’œil sur le budget car "les 3/4 des spectacle sont des création avec des ajustements, des changements de distribution... S'il faut rajouter des salles de répétitions, on cherche des salles. S'il faut deux personnes supplémentaires, on regarde comment absorber ce coût".

Dans la cour de la FabricA, le cahier est couvert de ratures pour la création de Joueurs, Mao II, Les Noms de Julien Gosselin. La compagnie Si Vous Pouviez Lécher Mon Coeur s'installe pour un mois en résidence. Le comédien Alexandre Lecroc travaille son texte: "on a attaqué le plateau mais les techniciens sont arrivés trois jours avant nous".

Djamila Boutin, la responsable de l'accueil des soixante compagnies, veille particulièrement aux conditions de logement: "je suis attentive car un acteur qui va bien en dehors du plateau, il va encore mieux sur le plateau et je me dis parfois que j'ai bien fait de le déménager".

Puissance électrique et papier toilette pour les loges

Au magasin du festival d'Avignon, des centaines de projecteurs sont  accrochés au plafond, des kilomètres de câbles électriques sont lovés mais "dans le magasin, tout sera vérifié, même si c'est neuf. Si ça marche pas, hop, on le jette !" Denis, technicien du spectacle, répare aussi du matériel "des machines à fumées, des projecteurs, tous les jeux de lumière pour que tout fonctionne et que les compagnies n'aient pas à s'occuper de la technique"

Le directeur technique du festival veille pendant le mois de juin à fournir tout ce qui n'est pas forcément artistique. Philippe Varoutsikos  précise que "ce qui fait des loges, c'est du savon, du papier toilette, beaucoup d'électricité car il faut éclairer les tables à maquillage. Sur certains lieux il fait tout aménager. Quand on arrive aux Carmes ou aux Célestins, il n'y a rien !"

Une équipe de techniciens est aussi dédiée en juin à l'indispensable électricité : "quand vous mettez 300 projecteurs dans un lycée, l’établissement ne peut pas fournir cette puissance. Une équipe contacte EDF pour fournir la puissance nécessaire".

Le mois de juin est aussi celui des décisions techniques et financière. Philippe Varoutsikos confie "de vrais problème de négociations actuellement sur le matériel, des choses qui peuvent annuler un spectacle, du _matériel trop lourd, trop gros, qui ne rentre pas_. J'ai un cas  de matériel qui coûte hyper cher et qui n'était pas prévu. Il y en a pour 10 000 euros et on est encore dans les grandes phrases, les cordialement, bien à toi... mais personne ne veut pas payer le matériel". Le directeur technique explique que "ce qui est délicat, c'est que la technique, c'est aussi du financier et de l'artistique."

La 72° édition du Festival d'Avignon débute le 6 juillet 2018