Culture – Loisirs

Le festival Le Grand Souk serait-il en danger ?

Par Pauline Ben Ali, France Bleu Périgord mardi 26 janvier 2016 à 18:44

Philippe Katerine, invité du Grand Souk en 2011.
Philippe Katerine, invité du Grand Souk en 2011. © Maxppp

Les responsables du centre culturel de Ribérac, organisateurs du festival, lancent un signal d'alarme suite à la baisse des subventions municipales de 40 %. Trois employés du centre et le festival le Grand Souk seraient menacés.

"Le risque immédiat c'est qu'on ne puisse plus assurer le salaire des trois employés du centre culturel, c'est clair et net que si on ne peut pas travailler on organisera pas le Grand Souk"  s'alarme Pierre Ouzeau. Le directeur du centre culturel de Ribérac accuse le coup depuis qu'il a appris la nouvelle de la baisse de la subvention municipale de 48 000 euros sur les 123 000 alloués par la ville, l'année précédente. 

Depuis l'annonce, la programmation de la prochaine édition est arrêtée et chacun cherche des raisons à cette baisse. Selon Xavier Berry, l'un des plus anciens bénévoles du festival, la programmation serait visée, les artistes venant au festival ne seraient pas assez grand public pour la mairie "Il y a une espèce d'idée que c'est de la culture élitiste, que c'est pas assez populaire, ce qui ne correspond pas à grand chose en réalité...quand je pense qu'il y a eu Olivia Ruiz, Thiéfaine, Pierre Perret qui sont quand même des chanteurs un peu connus, l'argument ne tient pas la route". 

Le budget total annuel du centre culturel passerait de 525 000 à 477 000 euros

Patrice Favard, le maire de Ribérac, se défend de vouloir ingérer dans la programmation du festival. Pour lui, les responsables du centre exagèrent, la baisse des subventions ne mettraient en danger ni le fonctionnement du centre culturel ni le Grand Souk "C'est de la posture politicienne, quand vous passez de 524 000 à 480 000 euros de budget total annuel, faut pas me dire que la mairie tue le Grand Souk, si le Grand Souk est tué, c'est par une décision du centre culturel qui décide de ne pas le reconduire". 

Pour l'instant, la convention qui établit la nouvelle subvention n'est pas encore signée. Les responsables du centre culturel ont jusqu'au 1er février pour se décider. Ils prévoient des actions prochainement.