Culture – Loisirs

Le festival "Les Jeunes Poussent" dans le bus et le tram au Mans

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine vendredi 21 octobre 2016 à 10:51

Les comédiens de la compagnie Le Bleu d'Armand improvisent dans le Tempo entre Allonnes et Le Mans
Les comédiens de la compagnie Le Bleu d'Armand improvisent dans le Tempo entre Allonnes et Le Mans © Radio France - Marie Mutricy

Des comédiens en spectacle jusque dans les bus et les trams de la Setram au Mans... C'est le moyen original qu'a choisi le Festival Les Jeunes Poussent du théâtre de Chaoué pour communiquer sur les spectacles proposés jusqu'à samedi.

"Les Manceaux ne pensent pas à aller à Allonnes pour aller au théâtre". C'est ce constat qui a conduit les organisateurs du Festival Les Jeunes Poussent, qui a lieu tous les deux ans au théâtre de Chaoué à Allonnes à proposer d'aller directement dans les bus et les trams de l'agglomération mancelle chercher les spectateurs. Et ça fonctionne : "Après les premières interventions des comédiens dans le Tempo et les trams, nous avons vu arriver le soir au spectacle deux ou trois passagers croisés dans la journée" explique Adrien Carraud, le chargé de la communication du Festival.

PHOTOS | Le Festival Les Jeunes Poussent racontent les interventions dans les transports en commun et les spectacles, en photos

Plonger le théâtre dans le quotidien

Reportage avec les comédiens de la compagnie le Bleu d'Armand dans le tempo d'Allonnes au Mans.

En plein discussion à un arrêt de bus Tempo entre Allonnes et Le Mans. Une autre manière de parler du Festival Les Jeunes Poussent. - Radio France
En plein discussion à un arrêt de bus Tempo entre Allonnes et Le Mans. Une autre manière de parler du Festival Les Jeunes Poussent. © Radio France - Marie Mutricy

Jeudi, 16h, le bus entre Allonnes et Le Mans. Trois hurluberlus en salopette bleues entrent dans le Tempo. "Bah Julien, t'as pas composté ton ticket !" s'exclame la comédienne Anna Pabst. Le comédien est coiffé d'un bonnet d'âne, signe distinctif du bouc-émissaire de leur spectacle. "Messieurs-dames, il faut bien un ticket pour prendre le bus ?". Assentiment d'une vieille dame, commentaire d'un monsieur sur les éventuels contrôleurs qui pourraient sanctionner l'acteur. Un autre : "oui, mais on pourrait aussi faire des tarifs spéciaux. Moi je suis retraité et il faut quand même que j'ajoute quelque chose pour avoir la carte des transports". Le débat est lancé. "Si on fait juste un truc à trois, c'est moins intéressant. Là, on va les chercher, on suscite leur réaction. On pose une question : est-ce que le bus est un service public gratuit ? souligne le comédien de la compagnie Le Bleu d'Armand, Julien Perrier, le théâtre sert à ça de toute façon, à parler de la ville, de la cité, de la vie en société". Un peu en retrait, le chargé de communication du théâtre Adrien Carraud, distribue le programme du Festival, explique pourquoi les comédiens sont là, que tout le monde peut venir : "Plutôt que de plonger les gens dans un théâtre, on plonge le théâtre dans le quotidien des gens".

Parler du théâtre de Chaoué aux Manceaux

"C'est mieux qu'une affiche" approuve Amandine, jeune passagère du Tempo. "C'est bien, c'est amusant, ça fait de l'animation. Il faudrait faire ça plus souvent" commente une dame en route vers le travail. "Ca donne envie d'aller voir la suite" confie-t-elle ensuite. Pour le collectif qui organise le festival tous les deux ans, l'opération menée avec la Setram permet aussi de toucher les Manceaux. "Le poumon du festival est à Allonnes, constate l'un des programmateurs du festival, Pierre Bacheviller. Il y a une vraie frontière entre ces deux villes. Le but est de faire découvrir nos spectacles aux Manceaux, qui sont à dix minutes du théâtre de Chaoué". Affirmer aussi la présence du théâtre dans la ville en rejoignant les gens là où ils se trouvent.

Un parrain prestigieux

Dernier jour du Festival samedi avec une master class du prestigieux parrain du Festival : Mario Gonzalez, acteur, metteur en scène, professeur au conservatoire national d'art dramatique de Paris, un très très grand monsieur qui vient parler et faire découvrir le théâtre masqué : de 15 heures à 18 heures, ouvert à tous, et gratuit. Et grand final du Festival à 21h. Une lecture, un spectacle et un concert encore ce vendredi. Toute la programmation est disponible en ligne.

Partager sur :