Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le festival "Sortilèges de la pleine lune" devra faire sans le financement de la région

-
Par , France Bleu Creuse

C'est une mauvaise surprise pour les organisateurs du festival "Sortilèges de la pleine lune" en Creuse : la région cesse de financer l'événement pour la première fois. C'est près d'un tiers du budget qui doit ainsi être compensé.

Pour son quart de siècle, le festival Sortilèges de la pleine lune ne bénéficiera plus pour la première fois de subvention régionale
Pour son quart de siècle, le festival Sortilèges de la pleine lune ne bénéficiera plus pour la première fois de subvention régionale © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Guéret, France

C'est la première fois que le festival "Sortilèges de la pleine lune" devra faire sans l'argent de la région Nouvelle-Aquitaine. Depuis un nouveau règlement d'intervention, seuls les projets à ambition régionale et dont le budget est supérieur à 20.000 euros vont bénéficier de subventions. Pour le festival de contes, qui se déroule du 16 juillet au 16 août, ça représente 5.000 euros en moins "sur un budget global de 15.000 euros", précise Thierry Pénicaud, directeur de l'Office du Tourisme et organisateur de l'événement.

Budget trop faible pour bénéficier de subventions

La raison de cet arrêt de subvention : un nouveau "règlement d'intervention" voté par la région en décembre dernier prévoit de ne plus aider financièrement les manifestations culturelles dont le budget est inférieur à 20.000 euros. "On est en dessous de ce seuil fatidique, on n'a pas souhaité aller au-delà car après c'est un autre dimensionnement du festival, explique Jean-Luc Barbaire, vice-président de l'agglomération du Grand Guéret chargé du tourisme. Est-ce qu'on est capable de le porter l'année prochaine, je ne sais pas".

Ça a été une désagréable surprise ! 

"Nous avons dû créer un seuil plancher pour continuer à financer des événements dans toute la région, explique de son côté Catherine Moreau, directrice adjointe Culture et Patrimoine au conseil régional. Si on l'avait placé à 10.000 ou 15.000 euros, nous n'aurions pas eu assez de budget pour financer tous les festivals éligibles".

Pour les neuf conteurs qui vont enchanter petits et grands, au parc des Loups de Charbrière et au jardin public de Guéret, cela signifie un sacrifice financier : "on a déjà demandé aux conteurs de faire un effort sur leur défraiement, indique l'élu. C'est ce qu'ils ont fait, on les a remercié. Déjà l'an dernier, on avait des soucis"

De nouveaux financements recherchés

"On verra comment, à l'avenir, on pourra travailler avec d'autres partenaires ou recalibrer le festival de façon à ce qu'on puisse prétendre à la subvention régionale", explique Jean-Luc Barbaire. La subvention départementale reste de son côté de 1.000 euros, après avoir été divisée par deux en 2016. Les partenaires privés vont apporter 2.500 euros. L'association de l'Office du Tourisme devra donc auto-financer le festival à hauteur de 7.000 à 8.000 euros, en fonction des recettes perçues. 

On s'adaptera aux moyens qu'on aura, on ne peut pas faire autrement. L'idée, c'est bien que ce festival perdure.

"On regrette ce soutien en moins, conclut Thierry Pénicaud. _On va réfléchir avec l'association au sens à donner au festival, et comment faire pour assurer une 26ème édition l'an prochain_". La question sera discutée à l'automne, après l'édition de cette année. En fonction de la météo, le festival a accueilli chaque année entre 650 et plus de 900 personnes.