Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

D'autres pistes en Sarthe pour le grand parc médiéval Graals

mercredi 15 février 2017 à 16:02 Par Thomas Larabi, France Bleu Maine

En décembre, les dirigeants du projet Graals annonçaient que ce grand parc médiéval ne verrait finalement pas le jour à Cherré, près de La Ferté-Bernard. Mais le projet n'est pas enterré pour autant. Trois autres communes sarthoises ont montré leur intérêt pour accueillir cet imposant projet.

Cet écoparc serait une véritable immersion dans la vie quotidienne du XIIIe siècle.
Cet écoparc serait une véritable immersion dans la vie quotidienne du XIIIe siècle. © Maxppp - G.GIOS

Sarthe, France

La Sarthe n'a peut-être pas dit son dernier mot en ce qui concerne le projet Graals, ce grand écoparc médiéval dédié à la reconstitution historique et à l'immersion dans la vie quotidienne du XIIIe siècle. Certes, il ne verra pas le jour à Cherré, près de La Ferté-Bernard, comme cela était prévu initialement. En décembre, on apprenait que l'affaire capotait, à cause de la présence de zones humides sur le site du Haut-Buisson, ce qui empêchait d'éventuelles constructions. Mais le projet pourrait tout de même voir le jour en Sarthe.

Trois communes sarthoises sur les rangs

Pour accueillir cet immense projet de 200 à 300 hectares, quatre communes ont répondu au nouvel appel de Graals, dont trois en Sarthe. Pour le moment, les dirigeants préfèrent garder secret les noms des quatre villes en compétition, mais on devrait en savoir davantage d'ici la fin du mois. En attendant, pour Arnaud de la Villesbrunes, directeur général des productions de Graals et sarthois d'origine, le département a de nombreux atouts. Le paysage tout d'abord, largement boisé et propice à l'accueil d'un tel parc à thème. Sa position géographique aussi, "à équidistance de Versailles, Caen, du Puy du Fou et dans une moindre mesure du Mont Saint-Michel". De quoi faire de la Sarthe le potentiel épicentre du tourisme à l'ouest de Paris.

Le centre de formation déménage à Chartres

Si le projet de parc n'est donc pas enterré en Sarthe, le centre de formation Graals, ouvert il y a six mois à Thorigné-sur-Dué, va déménager à Chartres pour investir un lieu plus grand. Dédié à la formation des professionnels de "l'histoire vivante", ce centre est aussi un moyen pour l'entreprise de former ces futurs employés avant l'ouverture du parc : "Nous formons des schizophrènes, qui doivent pouvoir boire un hydromel et discuter avec le public après le spectacle. Ils doivent pouvoir parler naturellement de l'épidémie de lèpre, de leur suzerain ou encore de la famine". Une volonté de casser la barrière entre spectacle et spectateur, dans un parc qui pourrait à terme employer un millier de salariés selon les porteurs du projet. L' ouverture est espérée pour 2022.

Un aperçu du projet d'écoparc avec ses onze mondes - Aucun(e)
Un aperçu du projet d'écoparc avec ses onze mondes - Graals