Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le Hellfest, marathon du métal : "physiquement, c'est très hard-rock"

-
Par , France Bleu Loire Océan

Au Hellfest, festival de musique métal qui se déroule ce week-end à Clisson, du 21 au 23 juin, un tiers des festivaliers enchaînent les trois jours. Le soleil, la température estivale, le manque de sommeil et la surcharge d'alcool ne les arrêtent pas, mais ne les laissent pas indemnes.

Il y a près de 60 000 festivaliers, chaque jour, au Hellfest.
Il y a près de 60 000 festivaliers, chaque jour, au Hellfest. © Maxppp - Franck Dubray

Clisson, France

Le Hellfest, qui se tient ce week-end à Clisson pour la 14ème année consécutive, peut se révéler être une véritable épreuve physique pour les festivaliers. En particuliers les 55 000 qui enchaînent les trois jours d'affilée.

"Ma femme ne va pas me reconnaître"

Mickaël vient au Hellfest pour la deuxième fois, et il sait qu'il vaut mieux prendre ses précautions. "C'est très physique donc pour pouvoir profiter pleinement, je ne bois pas trop, sourie-t-il. Il y a des groupes qui sont vraiment énorme, donc ça serait dommage d'être complètement défoncé".

"Je suis trop vieux pour ces conneries", Mickaël, festivalier au Hellfest

"On est _debout depuis 6 heures du matin et il faut tenir jusqu'à 2 heures_, continue-t-il. Sachant qu'au camping, c'est le bordel toute la nuit." Physiquement, c'est dur. "Ce matin, j'ai osé me regarder dans une glace, chose que je n'aurais pas dû, je me suis fait peur. Je pense que quand je vais rentrer chez moi, ma femme va penser que c'est un autre homme."

"Le point noir du Hellfest, c'est le caca du matin"        
-Didier, festivalier

Didier est plus laxiste sur sa consommation de bière : première pinte vers 10 heures du matin. Pour lui, le principal obstacle aux festivaliers est tout autre. "Le point noir du Hellfest, c'est le caca du matin, lâche-t-il, très sérieusement. Dans le camp, il y a des WC, mais c'est toujours la queue donc il faut se préparer psychologiquement deux, trois jours avant - manger beaucoup de bananes - et tu n'as pas envie après pendant trois jours."

Le matin : café ou bière ?

C'est une question qui déchire les festivaliers : faut-il attaquer la consommation d'alcool dès la sortie du lit ? "Il faut relancer la machine, sourit Jérôme, verre à la main. J'ai pris de l'eau avec du Smecta avant de venir : je plâtre, et après c'est bon." Certains vont même plus loin, comme Pascal, venu de Lorraine : "la bière ? bien sûr, c'est le petit-déjeuner. On a commencé la vodka depuis 8 heures, donc ça va".

"C'est trop tôt pour la bière", rigole Nina, vers 10 h 30. Même avis pour Matthieu : "Ah non, pour l'instant c'est un café, on est pas tous des alcooliques ! La bière, c'est la prochaine étape." Ils sont beaucoup, également, à ne pas du tout boire d'alcool pendant les trois jours. Pascal, bière à la main, conclut, avec le sourire : "On ne fait pas ça tous les jours. Seulement pendant quatre jours, _après on rentre à la maison et on est sage_".