Culture – Loisirs

Le musée de l'érotisme de Paris vend toutes ses oeuvres

Par Mélodie Viallet, France Bleu Paris et France Bleu jeudi 3 novembre 2016 à 5:00 Mis à jour le jeudi 3 novembre 2016 à 8:38

L'une des oeuvres mise aux enchères
L'une des oeuvres mise aux enchères -

Ce musée, situé dans le quartier de Pigalle depuis plus de 20 ans, ferme ses portes samedi 5 novembre 2016. Et toutes ses œuvres, du monde entier, qui font l’apologie du désir humain sont mises aux enchères à la maison de Cornette de Saint Cyr, dans le 8ème arrondissement, dimanche 6 novembre.

C’est une page sulfureuse de Pigalle qui se tourne. Ce musée de l’érotisme situé avenue de Clichy, entre deux sex-shops et à deux pas du Moulin-Rouge, fait partie du décor. Il a été créé, il y a plus de 20 ans, par Joseph Khalifa : "A l’époque l’ouverture avait fait scandale, mais nous avons réussi à créer une collection rare et ludique avec des œuvres du monde entier dans un esprit joyeux et impertinent." Ce musée c’est peu son bébé et sa fermeture un crève-cœur, mais Joseph Khalifa n’avait pas le choix :"Notre bail est arrivé à échéance et vu les prix élevés des loyers à Paris nous n’avons pas trouvé d’autres locaux ."

Des œuvres du monde entier, rares et parfois excentriques

Ces œuvres ramenées de voyage viennent du monde entier. Des peintures d’Orient, des statues d’Indonésie, des estampes et des godemichés japonais, puis des œuvres plus excentriques. "L'une des œuvres symboles du musée est une sandale japonaise en bois, avec un phallus sur le talon, je vous laisse imaginer à quoi cela peut servir…" explique Joseph Khalifa avec le sourire.

Une pièce rare du musée : une sandale japonaise godemiché.  - Radio France
Une pièce rare du musée : une sandale japonaise godemiché. © Radio France - Mélodie Viallet

Des dessins de Wolinski

Toutes ces œuvres mises en vente vont donc séduire les amoureux des voyages et des plaisirs de la chair mais aussi les passionnés d'histoire. De nombreuses photographies et documents uniques racontent le Pigalle des maisons closes. Et puis il y a aussi à vendre quelques dessins plus contemporains, du célèbre caricaturiste Wolinski assassiné dans l’attentat de Charlie Hebdo.

Une vente avec des prix pour toutes les bourses

La totalité de la collection, près de 700 lots, soit 2500 œuvres, est en vente. Et pour le commissaire-priseur Bertrand Cornette de Saint Cyr, cette vente est exceptionnelle : " Ce qui fait la rareté de ces œuvres, c’est qu’elles traitent de l’érotisme et ce n’est pas un sujet très courant dans l’art. C’est une collection impressionnante constituée sur 30 ans avec des œuvres trouvées aux quatre coins du monde." Cette vente aux enchères est accessible à tous, le lot le moins cher est mis à prix 30 euros.

Le reportage de Mélodie Viallet