Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le musée de Tessé sous le charme du CoBrA

dimanche 12 novembre 2017 à 19:22 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Le musée du Mans accueille jusqu'en février une importante rétrospective consacrée à cette avant-garde qui a bousculé le monde de l'art au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Et dont l'influence transpire jusque dans les œuvres d'aujourd'hui.

Victor Vanoosten est le commissaire scientifique de l'exposition
Victor Vanoosten est le commissaire scientifique de l'exposition © Radio France - Ruddy Guilmin

C'est l'une des plus importantes rétrospectives dédiées à ce mouvement depuis plus de 30 ans. Le musée de Tessé, au Mans, accueille jusqu'en février une grande exposition consacrée à CoBrA, ce mouvement artistique international, bref mais intense, qui a réuni entre 1948 et 1951 une soixantaine d'artistes peintres, sculpteurs, photographes et poètes dont les travaux ont profondément marqué l'histoire de l'art. Fondé à Paris, il se composait pourtant essentiellement d'artistes danois, belges et néerlandais (CoBrA = Copenhague, Bruxelles, Amsterdam).

"CoBrA est une explosion artistique et poétique au cœur du siècle et qui a totalement façonné l'art de la seconde moitié du XXe", souligne Victor Vanoosten, le commissaire scientifique de l'exposition. L'histoire de cette fantastique avant-garde (et de ses prolongements) est reconstituée au Mans au travers d'une centaine d'œuvres en provenance de grands musées et de collections privées. Certaines sont présentées au public pour la première fois.

Une centaine de chefs d'oeuvre CoBra sont présentés - Radio France
Une centaine de chefs d'oeuvre CoBra sont présentés © Radio France - Ruddy Guilmin

Peindre comme des enfants

Ni abstrait, ni figuratif puisqu'il visait aussi à se moquer de la querelle entre les deux écoles, le monde de CoBrA est peuplé de couleurs vives, de formes simples et de monstres gentils. C'est un art brut, libéré des dogmes et qui ambitionnait de ré-insuffler la vie dans un monde traumatisé par la Seconde Guerre mondiale. "C'est une oeuvre spontanée, joyeuse, extrêmement libre, qui puise dans la créativité de l'enfant, dans l'art primitif, dans les mythologies, donc il y a quelque chose d'extrêmement accessible", résume le directeur des musées du Mans, François Arné. "En peignant comme des enfants, ils revendiquaient la liberté de l'enfance, la liberté de peindre sans contrainte", confirme Victor Vanoosten.

Victor Vanoosten : "Cette part d'enfance est revendiquée"

Pas de bon tableau sans gros plaisir"

Projet politique également, porté par des artistes proches du Parti communiste, qui souhaitaient mettre l'art à la portée de tous, CoBrA n'avait rien à voir avec le beau, la virtuosité ou le concept. C'était une affaire de vie et de joie insiste Victor Vanoosten : "Un des artistes du mouvement, Corneille, disait qu'il n'y a pas de bon tableau sans gros plaisir. CoBrA revendiquait cette part de jeu qu'il y a dans l'art. Mais c'est aussi un jeu sérieux qui permet de dire beaucoup de la vie, du monde et de la place de l'art au cœur de la vie."

François Arné : "CoBra est une source pour mieux comprendre l'art contemporain"

L'exposition est visible au musée de Tessé jusqu'au 18 février.

L'exposition mêle peinture, sculpture et photos - Radio France
L'exposition mêle peinture, sculpture et photos © Radio France - Ruddy Guilmin