Culture – Loisirs

Le Musée des Beaux Arts d'Orléans achète 30 000€ un tableau romantique du XIXème siècle

Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans mardi 12 janvier 2016 à 5:22

Le tableau d'Emile-Edouard Mouchy a été accroché hier matin
Le tableau d'Emile-Edouard Mouchy a été accroché hier matin © Radio France - Stéphane Barbereau

Le Musée des Beaux Arts d'Orléans n'avait pas acheté de tableau depuis 2009 et une oeuvre contemporaine d'Olivier Debré. Il a repris sa politique d'achat, en octobre, en achetant une oeuvre romantique à un galeriste parisien pour enrichir sa collection du XIXème siècle.

Le peintre est plutôt méconnu : Emile-Edouard Mouchy (1802-1859). Mais ses maîtres le sont beaucoup plus : Eugène Delacroix et Théodore Géricault. Comme eux, il incarne le courant romantique qui a traversé le XIXème siècle en Europe. Un courant artistique largement représenté au Musée des Beaux Arts d'Orléans qui voulait enrichir sa palette d'artistes à travers cet achat. L'oeuvre est donc emblématique de cette période pour Olivia Voisin, la nouvelle directrice du pôle muséal d'Orléans :

C'est une peinture très enlevée, avec des effets de matière montrant toute l'expression des sentiments

O. Voisin parle de la nouvelle peinture achetée par le Musée des Beaux Arts

Un tableau acheté 30 000€ à un galeriste parisien

La ville d'Orléans a acheté cette oeuvre, en octobre dernier, dans une nouvelle galerie parisienne. Un tableau qui appartenait jusque-là à un collectionneur privé. La ville a payé la peinture 30 000€, aidée également par l'Etat.

"La mort de Thomas Becket", d'Emile-Edouard Mouchy (1834) - Radio France
"La mort de Thomas Becket", d'Emile-Edouard Mouchy (1834) © Radio France - Stéphane Barbereau

L'oeuvre représente l'assassinat de l'archevêque de Canterbury, en 1170. Thomas Becket fut assassiné par les partisans du roi d'Angleterre Henri II, avec lequel il était en conflit. Une scène romantique au possible pour le amateurs d'art du XIXème siècle en France, selon Olivia Voisin :

Une scène baignant dans le sang, mais extrêmement réjouissante pour le public du XIXème. Il ne faut pas tant regarder l'horreur de la scène que la multiplication des visages, l'expression des passions qui animent le tableau

O. Voisin décrit l'oeuvre romantique d'Emile-Edouard Mouchy

O. Voisin, la directrice des musées d'Orléans devant le nouveau tableau - Radio France
O. Voisin, la directrice des musées d'Orléans devant le nouveau tableau © Radio France - Stéphane Barbereau

Exposer davantage les 4 000 peintures en réserve

C'est la première fois depuis 2009 que le musée des Beaux Arts achète une oeuvre. Il s'est également porté acquéreur, le 21 décembre 2015 à l'Hôtel Drouot à Paris, de 7 tableaux en lambris appartenant au château de Richelieu. Montant de la vente : 51 000€. Une politique d'achat justifié par le conseiller municipal délégué aux arts plastiques, Abel Moitié :

Un musée qui ne s'enrichit pas, c'est un musée qui meurt

La ville qui veut également faire tourner davantage les nombreuses oeuvres situées dans les réserves du Musée des Beaux Arts (4 000 peintures, 50 000 estampes, 12 000 dessins,...) :

Ce qui est important, c'est qu'elles ne dorment pas pour l'éternité. Il faut sans arrêt stimuler l'intérêt du public en montrant des oeuvres qui dorment momentanément dans les réserves

L'élu annonce aussi des travaux dans les années à venir au Musée des Beaux Arts : un étage sera rénové pour les journées du patrimoine en  septembre 2016. Le salon rouge, où est exposée la dernière peinture acquise d'Emile-Edouard Mouchy, va également être densifié. Une annonce étonnante quand on compte le nombre d'oeuvres déjà présentes dans cette salle (environ une cinquantaine de tableaux parfois de très grands formats) qui peuvent donner un côté fourre-tout. Pas du tout répond Olivia Voisin :

Ce sont des salles qui fonctionnent presque comme un Tétris, qui sont fait pour s'emboîter. C'était un mode de présentation au XIXème siècle qui fonctionne très bien.

Olivia Voisin veut densifier les salles d'exposition en oeuvres d'arts

Une rétrospective Léon Cogniet en 2019

Le Musée des Beaux Arts d'Orléans expose 500 tableaux mais 4 000 supplémentaires dorment dans les réserves. Des réserves qui renferment également 12 000 dessins et 50 000 estampes. Concernant les estampes, le musée d'Orléans possède la collection la plus riche de France après le Musée du Louvre.

Une rétrospective sur le peintre romantique Léon Cogniet (1794-1880) sera organisée en 2019 par le Musée des Beaux Arts d'Orléans. Ce sera la première fois au monde qu'une rétrospective sera consacrée à cet artiste romantique dont plusieurs toiles sont accrochées à Orléans. Le Château de Versailles, qui possède plusieurs oeuvres du peintre, devrait prêter quelques tableaux.

PRATIQUE : Les horaires d'ouverture du musée des Beaux Arts d'Orléans