Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le nouveau président des Nuits de Nacre se dit "confiant" sur la viabilité du festival tulliste

mercredi 2 mai 2018 à 9:10 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Jean-Pierre Quinsac, élu tout récemment président de la Cité de l'accordéon, qui organise les Nuits de Nacre, connait bien la situation financière difficile de l'association. Elle s'explique par une politique de gratuité, et devrait s'améliorer avec le changement de date, explique-t-il.

Jean-Pierre Quinsac gérait la trésorerie depuis 2013 avant de devenir président.
Jean-Pierre Quinsac gérait la trésorerie depuis 2013 avant de devenir président. © Radio France - Philippe Graziani

Tulle, France

Le festival des Nuits de Nacre à Tulle est-il économiquement viable ? La dette de 65.000 euros peut-elle être résorbée ? Ces questions, Philippe Graziani les a posées sur France Bleu Limousin ce mercredi matin à 8h15 au tout nouveau président de l'association organisatrice, la Cité de l'accordéon. Jean-Pierre Quinsac se dit "vraiment confiant". 

Difficultés anticipées sur la dernière édition

C'est un mandat qui débute sur fond de problèmes financiers. Mais Jean-Pierre Quinsac les connaît bien.  Il était responsable de la trésorerie depuis 2013, année où le festival a subi une perte de 39.000 euros.  "Il y avait une équipe nouvelle et un manque de savoir-faire", raconte le nouveau président, "donc pendant 4 ans, on a du faire chaque année un emprunt". Pour autant, Jean-Pierre Quinsac n'est pas trop inquiet, parce que le creusement du déficit a été anticipé. "Au mois de septembre, on s'est rendu compte que ça n'irait pas et on a pris des dispositions", explique-t-il. La cité de l'accordéon a sollicité des organismes d'aides aux associations en difficulté, notamment Limousin actif pour un emprunt de 30.000 euros à taux zéro, sur 5 ans : "ça nous permet de ne pas avoir de dette auprès des fournisseurs". 

La buvette dopée en juin ? 

Le nouveau président le rappelle, si les finances des Nuits de Nacre sont si mauvaises, c'est aussi le fruit d'un choix, soutenu par la mairie de Tulle, principal partenaire. "On a pris l'option d'avoir seulement 4 concerts payants sur un total de 60 : on ne peut pas à la fois mener cette politique, et en même temps, faire de gros bénéfices", résume-t-il. Malgré cela, il pense que "c'est viable", surtout avec le changement de date qui voit le festival désormais programmé fin juin, ce qui devrait doper les recettes des buvettes. La programmation, explique-t-il enfin, met à l'honneur des artistes de renom et de qualité, mais pas trop chers.