Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le Pass culture testé dans l'Hérault

jeudi 19 avril 2018 à 18:40 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Françoise Nyssen était en visite ce jeudi dans l'Hérault. A Montpellier et à Lunel, la ministre de la Culture est venue présenter le Pass culture.

La ministre Françoise Nyssen est venue dans l'Hérault présenter le Pass culture
La ministre Françoise Nyssen est venue dans l'Hérault présenter le Pass culture © Radio France - Salah Hamdaoui

Hérault, France

L'Hérault est un des quatre départements français où le Pass culture sera testé à partir de septembre prochain avec la Seine-Saint-Denis, le Bas-Rhin et la Guyane, avant d'être généralisé à tout le pays dans le courant de l'année 2019. Accessible à tous, le Pass culture sera crédité de 500 euros à l'âge de 18 ans. Il permettra d'aller voir une exposition ou un spectacle, d'acheter un livre, de prendre un cours de guitare ou de hip-hop.

"Le droit culturel est un droit humain essentiel."

Françoise Nyssen est venue à Montpellier ce jeudi pour présenter le dispositif qui faisait partie du programme d'Emmanuel Macron. "Nous l'avons développé comme une application géolocalisée qui permettra au jeune de choisir ce qu'il y a comme activités et lieux culturels à proximité de chez lui" détaille la ministre de la Culture.

Ne plus jamais entendre : "Ce n'est pas pour moi"

"La culture pour tous, partout" insiste Françoise Nyssen qui plaide pour la fin de "la ségrégation culturelle dans notre pays". 

Shane, étudiante à Montpellier, est franchement séduite par cette idée qu'elle trouve "vraiment sympa". Vivre de sa bourse, "c'est chaud" alors qu'avec 500 euros, "je peux être libre de faire des trucs sans me dire, 'je prends dans mon porte-monnaie et ça en fera moins dans mon ventre'..."

Le coût du dispositif est estimé à environ 400 millions d'euros.