Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le passage du Gois va attirer encore plus de monde

jeudi 9 novembre 2017 à 7:36 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Le passage du Gois, cette route recouverte à chaque marée qui relie l'île de Noirmoutier et le continent, vient d'être classé "site d'intérêt national et patrimonial". Ce classement oblige les collectivités à le protéger tout en continuant à le faire vivre.

Avec ce classement parmi les "sites d'intérêt national", le Gois devrait attirer encore plus de visiteurs
Avec ce classement parmi les "sites d'intérêt national", le Gois devrait attirer encore plus de visiteurs © Maxppp -

Vendée, France

Le passage du Gois, entre l'île de Noirmoutier et le continent, fait désormais partie des "sites d'intérêt national et patrimonial". Ça veut dire qu'il doit être protégé tout en continuant à vivre. Les conchyliculteurs et les pêcheurs à pied professionnels vont continuer de pouvoir y travailler et les touristes pourront continuer d'emprunter cette route recouverte par la mer à chaque marée et à s'y balader. Ça veut dire aussi que les visiteurs devraient être encore plus nombreux.

On a des zones agricoles, les meilleures, de chaque côté du Gois

Et c'est ça le premier défi pour les collectivités qui s'en occupent : aménager de nouveaux parkings. C'est un vrai casse-tête pour Jean-Yves Billon, le maire de Beauvoir-sur-Mer : "on a des zones de cultures, les meilleures zones de culture, de chaque côté du Gois, sur le polder, juste à côté de la route et des digues, donc ce n'est pas évident de trouver un endroit pour faire des stationnements. Il faut que cette activité perdure et je ne suis pas persuadé que les exploitants soient d'accord pour laisser leurs terrains pour faite des parkings. Il faut savoir, aussi, que nous sommes dans des zones classées, on ne peut pas y faire ce qu'on veut. Il y a aussi d'autres réglementations qui s'applique comme le plan de prévention des risques littoraux".

Quatre kilomètres de route sous étroite surveillance

L'autre zone sensible, c'est la route en elle-même. Quatre kilomètres recouverts deux fois par jour par la marée. "Les équipes du Conseil départemental sont déjà présentes à chaque marée pour vérifier s'il y a eu des dégâts, pour enlever ce qui pourrait gêner la circulation, donc il est sous étroite surveillance", explique Yves Auvinet, le président du Conseil départemental de Vendée. "Donc toute notre attention est déjà portée sur cette portion de route en terme d'entretien courant et il faudra réfléchir à ce qu'il faut faire dans l'avenir".

Un jour au patrimoine mondial de l'Unesco ?

Ce classement en "site d'intérêt national et patrimonial" est une première étape pour le Gois. La suivante, ce sera qu'il devienne un "grand site national", ce qui devrait prendre plusieurs années, et qu'il soit un jour inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Parce que le Gois est un site unique en Europe et peut-être même dans le monde.