Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le phénomène Pokémon Go débarque dans l'Yonne

jeudi 21 juillet 2016 à 12:20 Par Benoît Jacobo, France Bleu Auxerre

Le jeu "Pokémon Go" sort officiellement en France sur smartphones. L'application compte déjà de nombreux adeptes dans l'Yonne, qui n'hésitent pas à marcher des kilomètres pour capturer des petits monstres.

Jouer à Pokémon Go dans les rues de Toucy, grâce à la réalité augmentée du smartphone
Jouer à Pokémon Go dans les rues de Toucy, grâce à la réalité augmentée du smartphone © Radio France - Benoît Jacobo

89130 Toucy, France

Il s'appellent Thimothée, Léonie et William. Mais sur Pokémon Go, vous les retrouverez sous les pseudos "Hypza", "Loolyz" et "Vrek0". Depuis deux semaines, ces trois jeunes Poyaudins ont retrouvé un univers qui les "fait retomber en enfance", celui de Pikachu et des autres charmants petits monstres. Un univers créé au Japon en 1996 via les jeux de cartes, puis les jeux vidéo et les dessins animés. "J'attendais de ouf la sortie du jeu ! s'entousiame Hypza, 19 ans. J'ai toujours été fan de Pokémon. Là, c'est un concept nouveau où il faut bouger pour capturer des Pokémon. Dans la vraie vie."

"Je crois que je n'ai jamais autant marché !"
— Hypza, 19 ans

Car Pokémon Go fonctionne selon le principe de la "réalité augmentée". Autrement dit, grâce à la géolocalisation, le plan des rues s'affiche sur smartphone et s'enrichit d'éléments virtuels qui vont pimenter le jeu. "Je crois que je n'ai jamais autant marché depuis que le jeu est sorti", sourit Hypza. "Moi non plus, cela faisait longtemps que je n'avais pas vu autant le soleil," confirme Vrek0.

La fontaine Larousse de Toucy est un Pokéstop - Radio France
La fontaine Larousse de Toucy est un Pokéstop © Radio France - Benoît Jacobo

Connexion aléatoire et Pokémons rares... très rares

Mais ici, à Toucy, les Pokémons à attraper ne se trouvent pas à moins de 3 pas, c'est-à-dire 1 kilomètre. "C'est vrai qu'à la campagne, on est beaucoup moins avantagés par rapport à ceux qui sont en ville. Il y a moins de Pokémons, on capte beaucoup moins, c'est plus dur". Et les Pokémons rares - la quête de tout bon joueur qui se respecte - sont quasi inexistants. En Puisaye, il faut se contenter de Roucoul et autres Rattata, soupire Loolyz, 17 ans : "Il y en a qui osent sonner à la porte des gens pour entrer dans leur jardin et chasser les Pokémons. Ici on n'en est pas encore là, mais bon !.. Je pourrais peut-être le faire s'il y avait un Pokémon rare".

Découvrir les points d'intérêt d'une commune

Voici à présent une Pokéstop, pour faire simple un endroit où il y a des bonus. "Par exemple, là, c'est la fontaine Pierre Larousse de Toucy, explique Vrek0. Le nom ne s'affiche pas sur l'écran car la connexion n'est pas terrible... Mais il y a aussi le cadran solaire, le blason de la ville. C'est marrant, ça nous fait même découvrir quelques petites choses par moment. C'est attractif". Même si Vrek0 ressent parfois encore un peu de gêne à jouer à Pokémon Go : "beaucoup que pensent que c'est un univers enfantin. Moi je suis très attentif aux regards des autres, je n'irai pas crier sur tous les toits que je joue à Pokémon".

Hypza, Vrek0 et Loolyz ne comptent pas les kilomètres pour attraper des Pokémon - Radio France
Hypza, Vrek0 et Loolyz ne comptent pas les kilomètres pour attraper des Pokémon © Radio France - Benoît Jacobo

Hypza, Loolyz et Vrek0 à la chasse aux Pokémons

Le téléchargement du jeu est gratuit, mais les 3 joueurs poyaudins comptent acheter quelques dizaines d'euros de bonus. Histoire de se faciliter la vie, dans les rues de Toucy, d'Auxerre et d'ailleurs.