Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le portrait de Mélanie de Pourtalès n'ira pas aux Beaux-Arts de Strasbourg

-
Par , France Bleu Alsace

Espoir douché pour le Musée des Beaux-Arts de Strasbourg. La Ville s'était positionnée pour acquérir le portrait de l'Alsacienne Mélanie de Pourtalès, peint par Winterhalter. Le tableau a été adjugé par la maison Sotheby's ce jeudi 16 mai à un autre acquéreur, pour 800 000 euros.

Paul Lang, le directeur des Musées de Strasbourg, avait espéré acquérir le portrait de Mélanie de Pourtalès.
Paul Lang, le directeur des Musées de Strasbourg, avait espéré acquérir le portrait de Mélanie de Pourtalès. © Radio France - Marie Roussel

Strasbourg, France

Déception "incommensurable" pour le directeur des Musées de Strasbourg, Paul Lang. Le portrait de la Strasbourgeoise Mélanie de Pourtalès (intitulé "Mélanie de Bussière, comtesse d'Edmond de Pourtalès") peint par Winterhalter en 1857 a été adjugé par la maison Sotheby's à un autre acquéreur. 

Un peu plus de 450 000 euros mobilisés

Le tableau s'est vendu à 800 000 euros, bien en-deçà de ce que la Ville de Strasbourg et la Société des amis des arts et des musées de Strasbourg (SAAMS) ont pu mobiliser, autour de 450 000 euros. "C'était important pour nous de se positionner, explique Paul Lang. A la fois pour des raisons historiques, et pour des raisons artistiques. Mélanie de Pourtalès était Strasbourgeoise de naissance, elle habitait ici, au château de la Roberstau et était une des principales figures de la vie sociale, mondaine et intellectuelle sous le Second Empire. Il y avait un intérêt pour Strasbourg, pour la France et pour l'Europe de patrimonialiser ce tableau.

Mais Paul Lang veut tout de même relativiser. "Cela a été l'occasion pour nous de prendre la pleine mesure de l'intérêt des Strasbourgeoises et Strasbourgeois pour leur patrimoine. Ils ont contribué à nous faire espérer jusqu'au bout."

Choix de la station

France Bleu