Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le projet de parc de loisir musical inquiète des habitants à Coussac Bonneval

-
Par , France Bleu Limousin

Quatre ans après sa présentation, où en est-on du projet de parc de loisir à Coussac-Bonneval en Haute-Vienne ? C'est une question que des habitants se posent. Certains d'entre eux, très sceptiques sur ce projet de parc de loisir sur le thème de la musique viennent de monter une association.

Le domaine de Chauffaille appartenait à une famille d'exploitants agricoles avant d’être occupé par l'armée jusque dans les années 70
Le domaine de Chauffaille appartenait à une famille d'exploitants agricoles avant d’être occupé par l'armée jusque dans les années 70 © Radio France - Jérôme Ostermann

Coussac-Bonneval, France

Quatre ans que cela dure et ils ne voient toujours rien venir. Notamment en ce qui concerne les financements. Des habitants de Coussac-Bonneval ont décidé de créer l'association "Chauffaille Autrement" pour dénoncer le projet de parc de loisir musical soutenu par de nombreux élus locaux et porté par son concepteur Belge Didier Hodiamont. Non pas qu'ils soient fondamentalement opposés à toute idée de projet sur le très beau domaine de Chauffaille (voir photos ci-dessous). Mais à leur yeux, ce parc sur le thème de la musique avec des instruments géants dans le paysage, ce n'est peut-être pas ce qu'il y a de mieux pour ce site.

Ces habitants se posent beaucoup de questions sur le financement et l'impact environnemental d'un tel projet précise le président de l'association Chauffaille Autrement Thomas Degeilh :"Ce qui nous pose problème, c'est d'abord d'un point de vue environnemental, les centaines voir les milliers de mètres carrés de béton qui vont être coulés sur le site. Les bâtiments historiques qui vont être défigurés comme avec l’ascenseur en forme de clarinette accolé au château. Les piscines qui sont prévues. Un hôtel. Un centre commercial. Les studios de musique enterrés. Des systèmes d'assainissement énormes. Que va t-il se passer pour la rivière qui coule en contre bas ? Et qui va payer ça ?"

De nombreux bâtiments occupent le domaine. Ici les écuries et une chapelle au 2e plan - Radio France
De nombreux bâtiments occupent le domaine. Ici les écuries et une chapelle au 2e plan © Radio France - Jérôme Ostermann

Les membres de l'association disent être dès aujourd'hui une bonne trentaine. Dans les mois à venir, ils comptent collecter un maximum d'information sur l'histoire du domaine et sur le projet de parc de loisir avant de partager leur vision des choses. Des habitants qui se plaignent de n’avoir aucune véritable information. A leurs yeux, ce projet est certainement démesuré. Ils estiment qu'il y a mieux à faire, pourquoi pas une maison de convalescence ou un village d'artisan couplé à du maraîchage. Un projet "plus respectueux" de ce site aujourd'hui véritable lieu de ballades car propriété de la communauté de communes et ouvert gratuitement au public.

Une réunion publique programmée le 22 septembre

Mais le maire de Coussac-Bonneval Philippe Sudrat n'en démord pas. Si il reconnait qu'il y a surement eu trop de communication trop vite, et un manque de communication aujourd'hui, il est plus que jamais convaincu du serieux de ce projet, pour certains farfelu. Mais aussi de son intérêt pour ce territoire qui a vu grandir ce maire toujours boulanger aux premières heures de la journée :"Je suis persuadé que ça valorisera notre territoire. Il y aura forcément des _retombées sur le plan économique_. Avec de la création d'emploi. Dans un 1er temps, il s'agirait d'une soixantaine de CDI ! Je dis bien CDI et pas CDD comme on peut l'entendre ici ou là. Et en plus, il y a ce flux touristique qui serait une véritable aubaine."

Ici, d'anciens bâtiments agricoles transformés en dortoirs par l'armée qui avait fait de Chauffaille un camp d'entrainement  - Radio France
Ici, d'anciens bâtiments agricoles transformés en dortoirs par l'armée qui avait fait de Chauffaille un camp d'entrainement © Radio France - Jérôme Ostermann

Derrière l'intime conviction du maire, difficile d'en savoir plus. Mais en insistant un peu, il donne quand même quelques informations :"En ce qui concerne l'occupation du domaine, le futur propriétaire rachèterait 140 hectares sur 170. Et le parc de loisir impacterait 27 hectares autour du château. Pour le reste, on se rapprocherait d'un parc paysager mais je ne peux rien vous dire de plus. C'est au porteur de projet de le faire. Ce que je peux vous annoncer, c'est qu'il y aura une _réunion publique le 22 septembre prochain_. Si ce site a été choisi, c'est justement pour son environnement. Nous étions en concurrence avec une quinzaine de sites, notamment le Futuroscope de Poitiers, Carré en Bretagne ou encore les territoires de Belfort. Mais c'est nous qu'ils ont choisi. Je pense qu'on a qu'une seule chance dans sa vie d'avoir un projet comme ça."

Quand au porteur de projet, il ne souhaite pas communiquer pour l'instant. Lui aussi dit comprendre les doutes. Mais Didier Hodiamont, qui tire ce concept de parc musical d'une vision d'un piano géant alors qu'il se baladait le long d'une rivière, promet de tout dire fin septembre, et avant tout aux habitants de Coussac-Bonneval, dont une partie semble bien décidée à ne pas laisser faire. A leurs yeux, ce site également riche notamment d'une écurie, d'une chapelle, d'anciennes granges mais aussi d'une source, d'un vieux four à pain, d'un pigeonnier d'époque, et de kilomètres de chemins de ballade, mérite autre chose. 

De l'autre côté de cette rivière, des hectares de chemins et de forêt qui font le bonheur des promeneurs  - Radio France
De l'autre côté de cette rivière, des hectares de chemins et de forêt qui font le bonheur des promeneurs © Radio France - Jérôme Ostermann
Choix de la station

France Bleu