Culture – Loisirs

Le Prytanée de La Flèche restaure son clocheton

Par Maïwenn Lamy, France Bleu Maine jeudi 16 mars 2017 à 18:52

Le campanile du Prytanée national militaire de La Flèche, vieux de 400 ans, a été démonté pour être restauré.
Le campanile du Prytanée national militaire de La Flèche, vieux de 400 ans, a été démonté pour être restauré. © Radio France - Maïwenn Lamy

Le clocher qui domine le Prytanée, le lycée militaire de La Flèche, a été démonté ce jeudi. L'opération a été menée dans l'urgence, car le campanile de ce bâtiment classé monument historique menaçait de s'effondrer.

Le clocher - aussi appelé campanile - qui surplombe l'église Saint-Louis du lycée national militaire est contrôlé chaque année et fin 2016, les ouvriers ont eu une mauvaise surprise. "Nous avons constaté une forte dégradation de la charpente du campanile, due notamment aux infiltrations d'eau. Il y avait donc un risque en cas de forte tempête ou d'un très gros orage que le campanile s'écroule et vienne créer des dégâts dans la chapelle", détaille le lieutenant-colonel Stéphane Castel, du service d'infrastructure du ministère de la défense.

La charpente en bois descendue en un seul bloc

En quelques semaines, il est donc décidé de démonter le campanile afin de le restaurer. Dans un premier temps, la couverture en plomb du clocheton - la partie supérieure du campanile - a été retirée, puis, ce jeudi, la charpente en bois, suspendue à une grue, a été descendue en un seul bloc. "L'idée c'est de conserver tous les éléments de la charpente intacts et dans leur plus grande intégrité", explique Nicolas Gautier, l'architecte des bâtiments de France qui supervisait les travaux.

Un clocher érigé vers 1613

Il faut dire que le campanile a été érigée une dizaine d'années après le Prytanée, vers 1613, et que l'ensemble du bâtiment est classé monument historique. "La couverture en ardoise d'origine a été remplacée par la couverture en plomb qu'on voit aujourd'hui. C'est une opération qui a dû avoir lieu au début du XIXe siècle. Je crois que ce serait une belle opération que de lui rétablir sa couverture en ardoise", espère Nicolas Gautier.

100 000 euros pour démonter le campanile

Le campanile a été déposé dans la cour du lycée, mais les travaux de restauration ne devraient pas débuter tout de suite. Le bâtiment appartient à l'Etat et les ministères de la Défense et de la Culture doivent se partager les dépenses. Le ministère de la défense a déjà engagé 100 000 euros pour démonter le campanile mais le ministère de la culture doit encore débloquer des fonds pour la restauration. Il est donc pour le moment impossible de dire quand le campanile trônera à nouveau au sommet de l'église Saint-Louis.