Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des œuvres volées par les Nazis sous l'occupation attendent leurs propriétaires au musée Ste-Croix de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Parmi les collections du musée Sainte-Croix de Poitiers se trouvent un bronze d'Aristide Maillol et trois peintures arrivés dans l'établissement après la seconde guerre mondiale. Quatre œuvres spoliées par les Nazis et qui attendent d'être, un jour peut-être, récupérées par leur propriétaire.

Les Nymphes dans la prairie, bronze d'Aristide Maillol.
Les Nymphes dans la prairie, bronze d'Aristide Maillol. © Radio France - William Giraud

Adolf Hitler voulait construire un musée plus grand que le Louvre dans sa ville natale de Linz (actuelle Autriche). Le régime nazi a donc procédé dès 1933 au pillage méthodique et à la spoliation d’œuvres d'art à travers toute l'Europe lors de ses invasions successives.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, environ 60.000 œuvres ont été récupérées en Allemagne et renvoyées en France parce que certains indices (archives, inscriptions, etc.) laissaient penser qu’elles en provenaient.

45.000 furent restituées, 13.000 furent vendues par les Domaines. 2.000 furent confiés à 55 musées en France pour devenir ce que l'on appelle aujourd'hui des MNR (Musée Nationaux Récupération). Des œuvres que les établissements ont obligation d'exposer, dans l'attente que d'éventuelles descendants de propriétaires se manifestent pour réclamer leur bien.

Au musée de Poitiers, ce sont quatre œuvres qui ont été déposées successivement en 1953, 1957 puis en 2006. Elles attendent leurs propriétaires ou ayants droits.

Paysage à la mare.
Paysage à la mare. - Jan Wijnants
  1. Les Nymphes de la Prairie, 1930-1937, bronze d'Aristide Maillol. Ce grand groupe sculpté a été attribué au Musée national d’art moderne par l’Office des biens privés en 1950 et déposé à Poitiers en 1953. Il existe sept autres exemplaires (en bronze ou en plomb) dont un se trouve dans le jardin du Carrousel du Louvre à Paris.
  2. Paysage à la mare, 1675, huile sur toile de Jan Wijnants. Ce grand paysage s’inscrit dans la production picturale de Haarlem, dans le sillage des maîtres du paysage tonal tels Jan van Goyen et Jacob van Ruisdael. Attribué au Musée du Louvre par l’Office des biens privés en 1953, il est déposé à Poitiers en 2006.
  3. Portrait de Gilles Isaac, Maistre de l’Hôtel de France, 1693, huile sur toile. Ce portrait d’homme, déposé à Poitiers en 1957 par l’Office des biens privés, serait celui d’un tenancier d’hôtel. Il aurait été peint en 1693, et le peintre pourrait être Nicolas Delestre.
  4. L’alliance de Bacchus et de Vénus, XVIIe siècle, huile sur toile d'après Nicolas Chaperon. Cette huile sur toile est une copie d’après le tableau du Museum of Art de Dallas (Texas). Elle a été attribuée au Musée du Louvre par l’Office des biens privés en 1951 et déposée à Poitiers en 1957.

Les restitutions d’œuvres spoliées sont rares mais leur nombre est en augmentation constante. Entre 1950 et 1990, seules six œuvres ont été remises à leur ayant-droit. Entre 1997 et 2008, ce chiffre est passé à 32. Enfin, pour les seules années 2019 et 2020, on a recensé pas moins de 35 restitutions au niveau national.

En 2013, un tableau du musée des Beaux-Arts de Tours a ainsi été rendu au descendant d'un industriel autrichien juif qui avait dû se séparer de la toile pour organiser sa fuite face à la montée du nazisme.

Les investigations pour retrouver les propriétaires se sont également accrues avec la création de sections de recherche dans les plus grands musées et la création d'un métier qui n'existait pas dans le secteur culturel : celui de chercheur de provenance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess