Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Romans-sur-Isère : le sculpteur Toros est décédé

- Mis à jour le
Par

C'est un artiste renommé et un fervent défenseur de la cause arménienne qui disparaît à Romans, dans la Drôme. Le sculpteur Toros s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi.

Toros, lors d'une de ses expositions à Valence en 2011. Toros, lors d'une de ses expositions à Valence en 2011.
Toros, lors d'une de ses expositions à Valence en 2011. © Maxppp - SERGE DI LORETO

Le sculpteur Toros s'est éteint ce mercredi 29 juillet. Il est parti dans la nuit, à l'âge de 85 ans. Cet artiste d'origine arménienne est né en 1934 à Alep, en Syrie. Il est arrivé en France en 1967, pour suivre des études artistiques, après s’être lancé dans la sculpture. Il avait d'ailleurs remporté le premier prix de sculpture l'année précédente, pour son oeuvre L'émancipation de la femme arabe

Publicité
Logo France Bleu

L'artiste s'installe ensuite à Romans, dans la Drôme, où il a donc fini ses jours. La ville abrite d'ailleurs trois de ses œuvres: Le Flûtiste, place Fontaine couverte, inaugurée en 1981 ; La Fierté installée sur le parvis des Droits de l'Homme en 1995 et La Femme Bleue, sur la place Jean Jaurès, inaugurée en 1998. 

Un fervent défenseur de la cause arménienne

Il avait donné deux œuvres au centre du Patrimoine arménien à Valence. Dont une sculpture de Sayat-Nova, un compositeur arménien. Cette année encore, sa sculpture Mère Arménie, une stèle commémorant le génocide arménien avait été installée à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône). Il avait déjà créé Le Monument du Génocide arménien, à Valence en 1985.

Monument à la mémoire des victimes du génocide arménien à Valence. © Radio France - Florence Gotschaux

De nombreux hommages

Depuis l'annonce du décès de l'artiste, les hommages se multiplient dans la Drôme. La maire de Romans, où il s'était installé il y a de longues années, le considère comme un ami. Pour Marie-Hélène Thoraval « Cet artiste avait la particularité d’avoir eu une enfance volée, on lui a pris sa mère pendant le génocide arménien. Il a porté cette déchirure du premier jour jusqu’au dernier. Et pourtant il a su faire courber les lignes de la vie, les sublimer, pour en faire l’œuvre qui est la sienne ». Le maire de Valence, Nicolas Daragon, lui aussi parle d'un ami. 

Nathalie Nieson, maire de Bourg-de-Péage, revient sur son parcours hors-norme. Toros quitte l’école à 11 ans pour exercer divers métiers. Il devient par la suite forgeron à Alep, une expérience qui lui donne le goût de la sculpture. 

"C'est une perte immense pour nous tous", assure Marlène Mourier, la maire de Bourg-les-Valence, sur son compte Twitter.

Hugues Moutouh, le préfet de la Drôme, lui aussi s'exprime sur les réseaux sociaux, après la disparition de Toros.

L'ambassadrice de l'Arménie en France, Hasmik Tolmajian se dit très émue par la disparition du sculpteur.

Pierre Jouvet, le maire de Saint-Vallier, exprime son émotion sur Facebook et salue "un immense artiste, un sculpteur d’exception et un homme unique".

La ville de Romans-sur-Isère a mis les drapeaux en berne en hommage au sculpteur. 

Pour rendre hommage à l’artiste décédé, les drapeaux de l’hôtel de ville de Romans ont été mis en berne. © Radio France - Valéry Lombardo

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu