Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le site de Bataville en Moselle se rêve en musée à habiter

mercredi 21 mars 2018 à 5:07 Par Romeo Van-Mastrigt, France Bleu Lorraine Nord

L'ancienne usine de chaussures Bata, sur le site de Bataville, est en mauvais état. Pourtant, son potentiel historique et touristique est inestimable. L'ambassadeur de la République Tchèque en France est venu visiter l'édifice. L'occasion de parler de la reconversion de Bataville.

Le bâtiment administratif de l'usine de Bataville, vu de l'extérieur.
Le bâtiment administratif de l'usine de Bataville, vu de l'extérieur. © Radio France - Roméo Van Mastrigt

Moussey, France

Créé en 1932 par l'industriel tchèque Tomas Bata, Bataville est une cité ouvrière. Un des rares exemples "d'utopie" réalisé en France : une ville où se regroupent une usine de chaussures, une église, une école ou même un stade de foot. On trouve tout ça à Bataville.

D'anciens ouvriers ont laissé quelques messages ... - Radio France
D'anciens ouvriers ont laissé quelques messages ... © Radio France - Roméo Van Mastrigt

Le site a déposé le bilan en 2001 et les bâtiments tombent en ruines. Seuls 70 salariés y travaillent encore, dans un site de stockage. Cependant, les logements ouvriers sont encore habités. L'ensemble n'a pas perdu son visage d'autrefois, comme bloqué dans une autre époque.

Cité-musée

Cette atmosphère, Ghislain Gad en est tombé amoureux. Il arrive à Bataville en 2008 et, sous le charme, il décide de racheter deux bâtiments du site qu'il fait classer aux Bâtiments de France. Dans la foulée, il crée l'association La Chaussure Bataville. Aujourd'hui, il a un rêve encore plus fou : faire de Bataville un "musée à habiter".

La salle d'archivage, aujourd'hui inutilisée. Elle pourrait accueillir des tableaux ou des oeuvres d'art si le projet de msuée voyait le jour. - Radio France
La salle d'archivage, aujourd'hui inutilisée. Elle pourrait accueillir des tableaux ou des oeuvres d'art si le projet de msuée voyait le jour. © Radio France - Roméo Van Mastrigt

Le concept en simple : proposer aux visiteurs un séjour à Bataville. Ils logeraient dans les anciens foyers ouvriers et pourraient découvrir des activités et des manifestations culturelles autour de ce site délicieusement vintage.

Soutiens financiers

Mais ce pari improbable nécessite des soutiens et des partenaires pour investir dans son projet. C'est la raison de la venue de l'ambassadeur de République Tchèque en France à Bataville. Il était reçu par Magali Martin, la sous-préfète de Moselle Sud.

De gauche à droite : Petr Drulak, ambassadeur de République Tchèque en France, Magali Martin, sous-préfète de Moselle Sud, et Ghislain Gad, qui a racheté deux bâtiments du site de Bataville. - Radio France
De gauche à droite : Petr Drulak, ambassadeur de République Tchèque en France, Magali Martin, sous-préfète de Moselle Sud, et Ghislain Gad, qui a racheté deux bâtiments du site de Bataville. © Radio France - Roméo Van Mastrigt

"Tomas Bata a laissé son héritage partout dans le monde, et ici, en France, c'est Bataville ! Je sais depuis longtemps que je dois m'y rendre. Et aujourd'hui, ce site a un gros potentiel touristique", déclare-t-il à notre micro. Et Magali Martin d'ajouter : "Tout est là pour faire revivre ce site et lui redonner une splendeur différente". 

L'Etablissement Public Foncier de Lorraine s'est déjà engagé à mener une étude de faisabilité sur les devenirs du site. Ne reste qu'aux élus et institutionnels de trouver des fonds et des partenaires. Une discussion devrait débuter avec l'un d'eux dès le 16 avril. 

Découvrez la visite du lieu en vidéo  :