Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Malgré les doutes, le tableau présumé du Caravage découvert près de Toulouse sera vendu aux enchères

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La toile retrouvée dans un grenier à Toulouse en 2014 a été présentée ce jeudi 28 février à Londres. Une authentification de plus mais qui n'éteint pas le débat d'experts sur son authenticité. La vente aux enchères aura lieu à Toulouse le 27 juin prochain à la Halle aux Grains.

Le tableau représentant Judith et Holopherne, retrouvé dans un grenier à Toulouse en 2014
Le tableau représentant Judith et Holopherne, retrouvé dans un grenier à Toulouse en 2014 © Maxppp - Andy Rain

Une authentification de plus, le tableau qui avait été retrouvé dans un grenier de Toulouse en 2014 serait bien une oeuvre du peintre italien Le Caravage. Le conservateur du Métropolitan muséum de New-York et d'autres experts ont validé la toile. L'annonce a été fait à la galerie Colnaghi, un des plus vieux galeristes de Londres ont été formels ce jeudi lors de la présentation de la toile . Ce tableau représente Judith en train de tuer Holopherne. Il avait été découvert par une famille toulousaine, dans un grenier scellé depuis 150 ans, à cause d'une fuite d'eau dans la toiture.

Maître Marc Labarbe : "Tous les éléments montrent que c'est un Caravage"

Présent à Londres, le commissaire-priseur Marc Labarbe veut éteindre toute polémique quant à l'authentification du tableau : "Tous les tableaux du Caravage, sans exception, ont toujours donné lieu à discussion. Celui-là ne fait pas exception à la règle mais on a tous les éléments qui montrent que c'est un tableau du Caravage. Des experts très importants se sont manifestés, notamment Keith Christiansen, le conservateur du Metropolitain Museum de New-York. Pour lui, l'authentification ne fait aucun doute. On a fait faire des radiographies en Italie", explique celui qui dirigera la vente le 27 juin prochain à Toulouse. 

Avant d'ajouter : "Il n'y a pas 36 voix dissonantes. Il y a en a plusieurs mais qui ont toutes la même version. Soit le tableau serait un copie. C'est impossible puisqu'il y a plusieurs repentirs. Au départ la Judith regardait le général qu'elle était en train d'assassiner. Sur le pouce de la main, sur le corsage... C'est forcément un original. Premier argument de ceux qui disaient que ce n'est pas un Caravage. Deuxièmement, certains disent que c'est un tableau de Louis Finson. Le tableau est beaucoup trop beau. Finson n'avait pas cette dextérité. Il aurait été incapable de faire un tableau d'une telle qualité. Cet argument explose en vol également. Prenez internet, regardez ce que faisait Finson, vous le verrez vous-mêmes."

Axel Hémery : "Pour moi, ce n'est pas un Caravage"

Le directeur du Musée des Augustins à Toulouse a une toute autre version. Axel Hémery a vu deux fois le tableau à Paris : "Une grande prudence s'impose. L'attribution n'est pas une science exacte. On est plutôt dans une conviction profonde. Moi depuis le début, j'ai des doutes sur l'attribution au Caravage de ce tableau. J'ai vu ce tableau très attentivement, je fais partie de ceux qui ne sont pas bouleversés par ce tableau, comme on peut l'être avec d'autres Caravage. L’hypothèse d'une grande historienne de l'art italienne qui dit que ça pourrait être un tableau d'Artemisia Gentileschi n'est pas absurde. C'est une oeuvre importante dans l'univers Caravagesque mais je continue à penser que ce n'est pas un Caravage."

Le tableau sera donc vendu le 27 juin sans qu'on sache de manière certaine qui l'a peint : "Ce n'est pas choquant. Il faut être humble devant l'histoire de l'art. Le Leonard de Vinci acheté très cher par l'Arabie Saoudite est un tableau complexe que tout le monde n'attribue pas à De Vinci. Ce n'est pas un cas unique ce Caravage" ajoute Axel Hémery.

La toile peinte en 1607 sera exposée à l'hôtel des ventes Saint-Aubin puis vendue aux enchères le 27 juin à 18h à la Halle aux Grains à Toulouse. La vente sera présidée par Maître Marc Labarbe. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess