Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Le tourisme en Côte-d'Or enfin sur la pente ascendante

Par

Si les établissements de tourisme connaissent des situations assez différentes, la tendance semble être à la hausse, en particulier dans les gîtes de Côte-d'Or, où les touristes se ruent après un début de saison catastrophique.

Ellen, Lothar et leurs amis sont venus de Fribourg pour visiter la Côte-d'Or à vélo Ellen, Lothar et leurs amis sont venus de Fribourg pour visiter la Côte-d'Or à vélo
Ellen, Lothar et leurs amis sont venus de Fribourg pour visiter la Côte-d'Or à vélo © Radio France - Arnaud Racapé

Comment se portent nos établissements de tourisme en cette fin juillet ? Si la situation semble durablement affecter les hôtels du département, d'autres "formules" portent à nouveau leurs fruits, et les touristes certes moins nombreux reviennent doucement dans nos contrées.

Publicité
Logo France Bleu

Un été (presque) normal pour les gîtes de Côte-d'Or 

Formule privilégiée par les groupes et familles qui ne souhaitent pas se mêler aux inconnus en période d'épidémie, les gîtes connaissent en effet un mois de juillet encourageant, après des baisses d'activité autour de 80% en avril et en mai. "C'est presque un été normal malgré cette période particulière", confirme Muriel Guillevic, responsable des réservations pour Gîtes de France en Bourgogne. "En Côte-d'Or, on est presque arrivés au taux de remplissage pour juillet par rapport à l'année dernière, il nous manque 8%, pour le mois d'août à peu près 15%, mais le'été n'est pas fini, donc on a bon espoir de réduire cet écart,  même si c'est vrai que ce qui a été perdu au printemps ne sera pas récupéré."

Les chambres d'hôtes, l'autre pari des touristes

Un peu plus loin dans le pays de l'Auxois, perché sur un balcon dominant la vallée, la Maison du Tisserand à Flavigny-sur-Ozerain ne désemplit pas. Là aussi, rien n'effacera les stigmates de la crise sanitaire au premier semestres. Mais l'heure est à la projection, et actuellement les deux chambres d'hôtes de l'établissement affichent complet jusqu'à la fin du mois. Marie Algranate la propriétaire n'a jamais vu cela : "il n'y a jamais eu autant d'affluence en juillet, ça fait plaisir, parce que ce sont des gens qui attendaient, qui voulaient venir, qui n'ont pas pu venir, et qui de ce fait étaient ravis de venir. Ils viennent, et ils ne restent pas une nuit, deux nuits, mais trois ou quatre ! Des Parisiens, des Belges, des Suisses, des gens d'autres horizons, et qui aiment ce territoire de l'Auxois, c'est certain." 

La maison du Tisserand à Flavigny-sur-Ozerain © Radio France - Arnaud Racapé

Comme partout dans les lieux fermés, le masque a fait son apparition chez Marie Algranate dans les parties communes, notamment la salle à manger, où les hôtes partagent le repas. Mais les gestes barrières ne sont pas un obstacle chez elle. "J'ai toujours nettoyé, désinfecté, jusqu'à mes poignées de portes. ON fait très attention à la base. Ensuite notre table elle est assez grande, donc ça nous permet de répartir nos hôtes, avec les distances de sécurité. On fait tout ce qui peut permettre aux gens de se sentir en confiance."

Marie Algranate, la gérante de la maison du Tisserand à Flavigny-sur-Ozerain © Radio France - Arnaud Racapé

A Venaray-les-Laumes, la saison est lancée pour le camping municipal

Avec un taux d'occupation honorable autour de 60-65%, le camping de Venaray tire également son épingle du jeu, même s'il est trop tôt pour tirer des conclusions sur l'ensemble de la saison. Profitant de la fermeture prolongée d'autres sites comme celui de Montbard, le gérant Dominique Machado et sa femme Aziza accueillent notamment de nombreux cyclistes, venus découvrir la région le long du canal de Bourgogne. "La partie camping pure a commencé le 16 juin, et si je regarde les chiffres de 2019, en fait si on divise par deux les chiffres de 2019, on a fait plus cette année en juin, que l'année dernière. 

Aziza et Dominique Machado sont aux manettes du camping municipal de Venaray-les-Laumes © Radio France - Arnaud Racapé

Sanitaires collectifs, hygiène... les clients sont sereins ! A l'accueil, Thomas, Zoé et son frère Raphael s'apprêtent à poser leur tente pour une nuit : "Disons qu'on est un peu avertis, ma sœur est biologiste, on sait comment s'y prendre. Faut faire gaffe à se désinfecter les mains en sortant des toilettes, c'est devenu un réflexe. On regarde toujours en arrivant si c'est propre, mais c'est tout." 

L'épidémie semble même un peu loin en arrivant dans le camping, et chaque client aborde son séjour sereinement à l'image d'Ellen, Lothar de leurs amis, également cyclistes. "Le corona a été pire en France qu'en Allemagne. Chez nous à Fribourg, personnellmement je ne connais pas une seule personne qui a le corona. Si vous êtes dans un immeuble avec beaucoup de personnes, c'est dangereux, mais dans al nature, je ne crois pas." Le camping de Venaray fermera ses portes à la mi-octobre.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu