Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le voyage de la Sainte Epine de Jérusalem à l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Le village de Courgis situé entre Chablis et Chitry célèbre samedi 10 aout la Sainte Epine.

Sainte Epine
Sainte Epine © Radio France - Paroisse de Courgis

Auxerre, France

La relique fait l'orgueil du village depuis le moyen âge : la Sainte Épine est réputée avoir appartenu à la couronne que portait le Christ lors de la Passion, tressée par les soldats romains qui la posèrent sur la tête de Jésus par dérision.

Une enquête de 3 ans

L'épine fut rapportée de Jérusalem lors de la 1ère croisade à la fin du 11e siècle par Godefroy de Bouillon. Une épine authentifiée par l'Eglise explique l'historien icaunais Patrice Valenne, spécialiste de l'histoire médiévale et religieuse : " à l'époque l'évêque d'Auxerre se méfie de cette relique qui arrive comme çà, qu'on expose et que l'on vénère sans autorisation. Il diligente une enquête extrêmement sérieuse menée par trois chanoines de la Cathédrale. Ils sont allés dans les Ardennes où résidait la famille de Godefroy de Bouillon ainsi qu'à Courgis. L'enquête a duré trois ans de 1557 à 1559 et on estime qu'il y a suffisamment d'indices pour valider l'exposition à la dévotion des fidèles. C'est le début officiel des pèlerinages, même si elle était exposée aux fidèles dès 1555 dans l'église de Courgis"

La Sainte Epine authentifiée

Elle vient de Terre sainte

En 1555, les héritiers de la famille de Godefroy de Bouillon font apporter la Sainte Epine dans leur château de Courgis pour la protéger de la guerre entre le roi de France Henri II et l'empereur d'Allemagne Charles Quint, avant de la donner à l'église du village en 1633 qui célèbre depuis la relique précise l'historien : "elle est exposée au moment de la messe et à la fin de la cérémonie _les fidèles viennent embrasser la relique_. Elle est au centre d'un cabochon de cristal, lequel est lui même au sein d'un reliquaire qu'on appelle monstrant, une sorte de vitrine sur pied décorée de croix de Jérusalem puisqu’elle vient de Terre Sainte."

On lui prête des miracles

"L'enquête de 1557 -59 fait état de miracles," souligne Patrice Valenne, "aussi bien dans les Ardennes quand elle y était qu'à Courgis. Il y a eu des guérisons de sourds, de boiteux et d'infirmes divers. On y croit ou on y croit pas mais il y a longtemps qu'il n'y a pas eu de miracle."

Des miracles attestés pendant l'enquête

La Sainte Epine est célébrée traditionnellement  le week-end précédent le  15 aout. Un abbé jadis avait composé un chant qui est toujours repris aujourd'hui  lors de la célébration " Toi que Courgis par une insigne grâce possède encore et gardera toujours, préserve nous de l'orage qui passe sur notre terre attire d'heureux jours ."

Ce samedi matin , c'est l'abbé Jean-Marie-Rigollet qui célébrera à 10h  la messe dédiée à la Sainte Épine.  Ceux qui le souhaitent vont embrasser la relique en faisant un vœu ou une prière.

L'histoire de la Sainte Epine