Culture – Loisirs

Le "wwoofing" a encore de beaux jours devant lui à Vignoux-sur-Barangeon

Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry mercredi 17 août 2016 à 6:00

Jean-Claude, Marie-Jo et leur "woofer", Lukas
Jean-Claude, Marie-Jo et leur "woofer", Lukas © Radio France - Sarah Tuchscherer

Connaissez-vous le "wwoofing" ? Un type d'hébergement dans lequel les hôtes accueillent gratuitement un inconnu chez eux en échange de quelques heures de travaux agricoles. A Vignoux-sur-Barangeon, les Lechelon le pratiquent depuis six étés.

Etre nourri, logé, blanchi gratuitement en échange de quelques heures de travaux agricoles, c'est le principe du "wwoofing", un type d'hébergement qui s'est développé ces dernières années en France. Aujourd'hui, en Berry, une petite dizaine d'exploitants accueillent des volontaires curieux de découvrir la vie à la campagne.

Des chevaux et des poules noires du Berry

Jean-Claude et Marie-Jo Lechelon ne sont pas exploitants professionnels, mais ces deux retraités élèvent des chevaux et des poules noires du Berry à Vignoux-sur-Barangeon. Ils ont aussi un verger et un potager et depuis six ans, ils accueillent des wwoofers dans leur ferme. Le contrat est simple : quatre heures de travail par jour en échange du gîte et du couvert. Dans les faits, Jean-Claude admet s'adapter aux jeunes gens qu'il accueille, en fonction de leurs capacités et de leurs attentes.

Avec le wwoofing, la ferme de Vignoux-sur-Barangeon a accueilli des voyageurs venus du Canada, du Chili, de Taïwan...  - Radio France
Avec le wwoofing, la ferme de Vignoux-sur-Barangeon a accueilli des voyageurs venus du Canada, du Chili, de Taïwan... © Radio France - Sarah Tuchscherer

Lukas, 19 ans, est arrivé début août pour trois semaines. Ce jeune Bavarois souhaite surtout améliorer son français, et comme il habite dans un village et que plusieurs de ses amis sont fils de paysans, il a été tenté par la formule. Le travail, dit-il, ne lui pose pas de problème. Un exemple de journée-type : arrosage du potager le matin, plantation de salades le soir.

Un échange réciproque

Si le couple continue à recevoir chez lui, après avoir recueilli déjà une cinquantaine de wwoofers, c'est parce qu'il trouve l'expérience très riche sur le plan humain. "C'est des rencontres, raconte Marie-Jo. On donne ce que l'on sait, en échange ils nous apportent aussi du savoir. Ca nous permet de voyager en restant en Berry grâce aux photos qu'ils nous montrent ou qu'ils nous envoient". La mère de trois grands enfants ajoute : "ça fait de la jeunesse autour. C'est du bonheur !"