Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Le zoo de Pont-Scorff en passe d'être racheté par une association qui veut libérer les animaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Un compromis vient d'être signé pour le zoo de Pont-Scorff (Morbihan). Une association de défense des animaux sauvages veut remettre les animaux dans leur milieu naturel et accueillir des animaux victimes de trafic.

Le zoo de Pont-Scorff proposait des spectacles animaliers, ce ne sera plus le cas si la reprise est validée. (archives)
Le zoo de Pont-Scorff proposait des spectacles animaliers, ce ne sera plus le cas si la reprise est validée. (archives) © Radio France - Annaïg Haute

Ils ont signé un compromis de vente... Mais attendent d'avoir les fonds pour finaliser la transaction. L'association Rewild lance un financement participatif pour racheter le zoo de Pont-Scorff. Elle cherche 600 000 euros, et son appel relayé par des peoples semble déjà être entendu, avec plus de 100 000 euros récoltés en une journée. 

Lamya Essemlali présidente de Sea Sheperd France et co-présidente de Rewild, explique à France Bleu : "On a signé un compromis de vente, et la vente sera acté à partir du moment où on aura réussi à lever les fonds pour concrétiser l'achat. On a quelques mois pour ça. L'objectif c'est de transformer complètement le zoo, pour en faire un centre soin pour la faune sauvage qui est victime de trafic. Dans un premier l'urgence va être de nous occuper des animaux présents dans le zoo, qui sont dans des conditions catastrophiques"

Elle dénonce la situation des phoques, des animaux marins qui évoluent dans un bassin d'eau douce, ou encore celle des loups, qui n'ont pas la possibilité de se soustraire à la vue du public. "Nous, notre urgence c'est d'améliorer le quotidien de ces animaux, et ensuite on va faire du cas par cas pour voir quels sont ceux qui peuvent être relâchés dans leur milieu d'origine." 

Accueillir les animaux victimes de trafic

Elle explique qu'ensuite, elle veut donner un point de chute aux animaux victimes de trafics, grâce à cette structure qui permettra de les accueillir, avant là encore de les relâcher. 

L'équipe a déjà investi les lieux, qui sont pour l'instant fermés au public. La structure rouvrira par la suite, mais pas pour exposer les animaux. Plutôt pour faire de la pédagogie, via des conférences ou des animations. Des animaux virtuels devraient également se promener dans les allées. 

Et les emplois ?

Quand aux 17 salariés du parc zoologique, ils sont "les bienvenus pour participer à ce projet, la balle est dans leur camp, mais c'est un petit cataclysme par rapport à la façon qu'ils ont de travailler pour l'instant"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu