Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Les 4 anecdotes du film Au Nom de la Terre tourné en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Le film Au Nom de la Terre d'Édouard Bergeon avec Guillaume Canet, tourné en Mayenne et qui raconte les difficultés d'un agriculteur dans les années 90, sort ce mercredi au cinéma en France. Un film poignant que France Bleu Mayenne a pu visionner. France Bleu Mayenne vous livre quatre anecdotes.

Guillaume Canet lors du tournage du film d'Au Nom de la Terre
Guillaume Canet lors du tournage du film d'Au Nom de la Terre - Nord-Ouest Film

Saint-Pierre-sur-Orthe, France

C'est un film France Bleu qui sort ce mercredi 25 septembre 2019 dans les cinémas de France. Au Nom de la Terre, réalisé par Édouard Bergeon, inspiré de l'histoire vraie de son père, un agriculteur de la Vienne qui s'est suicidé après souffert de difficultés sur son exploitation. Endetté et victime du modèle productiviste et intensif agricole en verve dans les années 90. Guillaume Canet incarne le rôle du papa du réalisateur. 

Guillaume Canet en caravane

Le film a été tourné dans une exploitation de 80 hectares à Saint-Pierre-sur-Orthe en juin et juillet 2018, puis trois semaines au mois de janvier. Guillaume Canet, acteur principal, a tenu à dormir non loin de la ferme, dans une caravane pour incarner son rôle d'agriculteur. Et même si cela n'a pas toujours été facile avec les températures hivernales de la Mayenne, ce fût une expérience enrichissante pour l'acteur. "Je ne voulais pas sortir de là, pas sortir des terres" a-t-il expliqué à France Bleu Mayenne. 

6 kilos perdus et des cigarettes à tire-larigot

Le rôle de Pierre, papa d'Édouard Bergeon, est un des travaux de composition les plus durs qu'ait joué Guillaume Canet à ses dires, avec celui du gendarme meurtrier dans La prochaine fois je viserai le cœur (Cédric Anger, 2014). "J'ai perdu six kilos, je ne mangeais plus beaucoup, les nuits étaient parfois très courtes. Je me laissais un peu aller en fait" confie l'acteur, au point même de rentrer dans un état de quasi dépression.

Le coup des bottes

La veille du premier jour à Saint-Pierre-sur-Orthe dans le nord de la Mayenne, au cours d'une discussion Édouard Bergeon le réalisateur a apporté une paire de bottes à Guillaume Canet. Et pas n'importe lesquelles. Sans le dire au départ à l'acteur français, Édouard Bergeon lui a expliqué qu'il s'agissait des vraies bottes de son papa décédé, et que vous pouvez apercevoir dans le film. "C'était un honneur de porter ses bottes. Ça m'a nourri et inspiré immédiatement. C'est très étrange" racontait-il au micro de France Bleu Mayenne, le 9 juillet dernier. 

Un autre acteur prévu à la base 

Lorsque le réalisateur Édouard Bergeon a lancé son projet de film inspiré de la vie de son père, cet ancien journaliste de France 3, avait entamé des négociations avec un autre acteur français, dont le nom a été gardé secret. Connaissant l'intérêt de Guillaume Canet pour l'agriculture, lui le fils d'éleveurs de chevaux, le producteur d'Au Nom de la Terre Christophe Rossignon souffle le nom de Canet au réalisateur Édouard Bergeon. L'acteur français avait d'ailleurs été particulièrement sensible au documentaire Les fils de la terre (2012) de ce dernier. Un documentaire dans lequel Édouard Bergeon montrait le quotidien d'un producteur de lait dans le Lot en proie à de grosses difficultés sur son exploitation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu