Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Les anti-corrida ne veulent pas de tauromachie en Ardèche

La commune de Champagne, en Ardèche, organise pour la première fois une feria au mois de juin 2019. Des jeux taurins sont prévus. Des associations anti-corrida montent au créneau. Elles craignent que la culture taurine ne s'implante en Ardèche.

Un abrivado devrait avoir lieu à Champagne sans que le public ne puisse traverser devant le taureau.
Un abrivado devrait avoir lieu à Champagne sans que le public ne puisse traverser devant le taureau. © Maxppp - Laurent Thevenot

Champagne, Ardèche, France

Il y aura une feria en Ardèche les 7 et 8 juin 2019. La commune de Champagne organise pour la première fois une fête taurine avec bandas, bodegas et jeux taurins. Un taureau-piscine et un abrivado seront notamment organisés. Sur internet, une pétition pour s'opposer à cet événement réunit à ce jour 36.000 signatures. "Un herbivore est fait pour rester dans son champs, il n'a rien à faire à courir dans un village sur du béton au milieu de la foule qui hurle", critique Christine Valusso, représentante du Comité radicalement anti-corrida en Ardèche, initiateur de cette pétition. La militante craint également des blessés : "Si le taureau est stressé, il peut avoir des réactions imprévisibles et percuter une personne qui se trouve sur sa route". Une spectatrice était décédée de cette façon à Aigues-Mortes en octobre dernier.

Important dispositif de sécurité 

Le maire de Champagne, Philippe Delaplacette, reconnaît que "le risque zéro n'existe pas" avec ce genre de spectacles, mais il tient à rassurer : "tout se déroulera dans un site entièrement fermé avec un double barriérage. C'est un défilé de taureaux plus qu'un 'abrivado' comme on entend dans le Sud. C'est à dire que le public ne pourra pas traverser la rue empruntée par les taureaux. Tout a été pensé pour accueillir les gens dans les meilleures conditions". Il affirme aussi qu'aucun animal ne sera maltraité au cours de la feria. 

Une "implantation" de la culture taurine en Ardèche ? 

Pour les opposants aux activités taurines, cet événement peut inciter les Ardéchois à aller ensuite voir des corridas. "Nous tolérons ça dans le Sud - même si je ne l'admets pas car pour moi, c'est de la maltraitance animale - mais nous lutterons au maximum contre l'implantation de cette culture hors-zone tauromachique. En Ardèche et dans la Drôme, il y a autre chose à faire que faire courir des taureaux dans les rues", assène Didier Bonnet, président du Crac. L'association a contacté le préfet de l'Ardèche pour lui demander d'interdire les jeux taurins à Champagne. 

De son côté, Philippe Delaplacette est irrité pas cet acharnement : "Je peux comprendre que ça puisse ne pas plaire à certains mais moi quand quelque chose ne me plait pas, je n'y vais pas. Je n'impose rien aux autres et il me semble que c'est le respect commun." Le maire de Champagne a l'intention de faire perdurer la feria les années suivantes après cette édition test.