Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gare aux applis d'identification, qui font parfois cueillir des champignons toxiques

-
Par , France Bleu

Reconnaître une girolle, un cèpe ou une amanite phalloïde simplement en prenant une photo avec son téléphone portable, c’est ce que proposent certaines applications pour smartphone. Mais l’Anses alerte sur leur fiabilité.

Attention, les applis cueillent parfois les champignons toxiques
Attention, les applis cueillent parfois les champignons toxiques © Radio France - Laurent Minvielle

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a récemment publié une mise en garde sur les dangers des applications sur smartphones destinées à identifier les espèces de champignons grâce à une photo. 

Ne pas manger les champignons identifiés par les applis

Le message de l’Anses est clair. Il ne faut "pas consommer de champignon identifié au moyen d’une application de reconnaissance de champignons sur smartphone, en raison du risque élevé d’erreur". 

Le phénomène est trop récent pour en mesurer l’ampleur mais l’agence rappel qu’au deuxième semestre 2019, plus de 2.000 cas d'intoxications liées à la consommation d'une espèce toxique ou de champignons comestibles mal cuits ou en mauvais état ont ainsi été rapportés aux centres antipoison, dont trois mortels

Les applis testées se trompent à 50%

Le centre antipoison de Paris a lancé une étude après l'intoxication sévère d'une famille de trois personnes l'an dernier. Le père avait utilisé une application. Résultat : trois hépatites sévères, le placement de l'enfant en réanimation et une greffe de foie pour le père.

L'étude a fait le test. Elle a passé les photos de champignons envoyés chaque jour par des particuliers inquiets d'avoir été intoxiqués dans des applications de reconnaissance des champignons. "Elles se trompent à plus de 50% sur l'espèce" explique le Dr Jérôme Langrand précisant que l’étude n’est pas terminée.

Les bonnes pratiques

Pour éviter ces accidents qui se produisent surtout à l'automne, l'Anses rappelle les bonnes pratiques à respecter : ramasser uniquement les champignons que vous connaissez parfaitement et au moindre doute, faire contrôler votre cueillette par un pharmacien ou une association de mycologie. Ne jamais manger de champignons sauvages crus et ne jamais en donner à de jeunes enfants. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess