Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les bébés "anges et démons" de Lille 3000 sont à vendre

-
Par , France Bleu Nord

Vous avez quelques dizaines de milliers d'euros et un grand jardin ? Vous pouvez acquérir l'une des statues de bébés "anges et démons" qui ont été exposées à Lille en 2009, dans le cadre d'Europe XXL, événement de Lille 3000. Elles sont à vendre, mesurent six mètres et pèsent une tonne chacune.

En 2009, ces sculptures représentant des bébés "anges et démons" ont fait beaucoup parler d'elles, sur la rue Faidherbe
En 2009, ces sculptures représentant des bébés "anges et démons" ont fait beaucoup parler d'elles, sur la rue Faidherbe - Denis Paillard - photo fournie par les ateliers Saint-Roch

C'est l'un des emblèmes de Lille 3000, ces événements culturels qui reviennent régulièrement depuis 2004 dans la capitale des Flandres : les bébés "anges et démons" sont à vendre. Ces sculptures toutes noires de six mètres de haut ont été exposées dans la rue Faidherbe en 2009, lors d'Europe XXL

Six bébés à vendre

L'entreprise ADN, basée à Marquette-lez-Lille, qui les a fabriquées, va s'en séparer. Sur les douze, il en reste six, car une est restée à Lille, gare Saint-Sauveur. Une autre se trouve dans un parc municipal à Marquette, et quatre ont déjà été vendues, en Australie, en Allemagne et en Suisse.

Chaque sculpture est unique et a représenté un millier d'heures de travail. Ici dans un jardin municipal à Marquette-lez-Lille.
Chaque sculpture est unique et a représenté un millier d'heures de travail. Ici dans un jardin municipal à Marquette-lez-Lille. © Radio France - Cécile Bidault

Il est temps qu'ils prennent leur envol et qu'ils aient une seconde vie

Dans le contrat de départ, il était prévu que l'entreprise les détruise, mais le patron, Joël Pitte, s'y est attaché. Il les a stockées dans son entrepôt pendant plus de dix ans, avant un déménagement et une retraite qui ne permettent plus de les conserver : "combien de fois suis-je allé, le soir, réfléchir au milieu de ces bébés ? Ils étaient devenus des personnages pour moi", se remémore-t-il, "mais avec l'âge, garder six bébés n'était pas très sérieux. Il est temps qu'ils prennent leur envol et qu'ils aient une seconde vie".

Vente aux enchères en mai 2021

La vente devrait avoir lieu au mois de mai. Les modalités ne sont pas encore arrêtées, mais Joël Pitte lève un coin du voile : "ce sera une vente aux enchères, dans une salle lilloise. Parce que les bébés sont nés à Lille. Et puis cela pourra permettre aux gens, qui ne sont pas forcément des acheteurs, de les voir une dernière fois".

Plusieurs dizaines de milliers d'euros

La question que tout le monde se pose : combien ça coûte ? Le papa des bébés botte en touche : "je ne le sais pas à l'avance car ce sera une vente aux enchères. Chaque œuvre est unique, et a représenté plus de 1000 heures de travail". En poussant un peu, on obtient une fourchette : "plusieurs dizaines de milliers d'euros, mais plusieurs, cela commence à deux !". La sculpture qui est partie en Australie a été vendue pour 100 000 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess