Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les cinémas de Drôme et d'Ardèche rouvrent le 19 mai, mais dans quelles conditions ?

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les cinémas de Drôme et d'Ardèche se préparent à rouvrir leurs salles au public. Le protocole sanitaire se précise.

Le cinéma Pathé à Valence se prépare à rouvrir ses portes.
Le cinéma Pathé à Valence se prépare à rouvrir ses portes. © Radio France - Willy Moreau

Un film sur grand écran : ce sera possible à nouveau le 19 mai, jour de réouverture des cinémas en France. Dans la Drôme et en Ardèche, les établissements s'organisent pour appliquer le protocole sanitaire. Entre jauge, couvre-feu et vente de confiseries : les conditions sont loin d'être optimales. 

Une jauge à 35% 

Les salles ne pourront accueillir dans un premier temps que 35% de leur capacité maximale. Autrement dit, entre une vingtaine et une centaine de spectateurs en même temps au cinéma Le Navire à Valence. Son directeur, Cyril Désiré, veut rester optimiste : "Cette situation est assez compliquée mais on va rouvrir quand même"

Même sentiment pour Richard Valot, le directeur du cinéma 7 Nef à Montélimar : "C'est comme si nous avions appuyé sur un bouton stop et là on rappuie sur play. Nous allons rouvrir dans les mêmes conditions qu'à notre fermeture le 30 octobre avec notre ancienne programmation mais aussi des nouveautés"

Pour éviter les files d'attente devant les cinémas, le Pathé de Valence encourage les spectateurs à acheter leur billet sur Internet. "Aujourd'hui, nos ventes dématérialisées représentent déjà 40% et nous vendons à 20% sur les bornes automatiques. Tout sera automatisé et les séances ne seront plus disponibles à la vente quand la jauge sera atteinte", précise le directeur Alexandre Flubacker. 

Pas toujours simple malgré tout de mettre en place ce système dans tous les établissements rappelle Moïse Maigret, co-président de l'association Les Ecrans et exploitant du cinéma de Vernoux-en-Vivarais, notamment pour les petites structures d'arts et d'essai qui n'ont pas de site internet adapté.

Le couvre-feu à 21 heures

Comment rentabiliser la réouverture lorsque les séances les plus prisées ne pourront pas avoir lieu ? "Il va falloir revoir nos horaires de projections, explique Moïse Maigret. Mais c'est très contraignant car il y a une forte demandes après 20h". Le couvre-feu est effectivement toujours en vigueur le 19 mai à 21h. Pour éviter une sortie tardive, tous les cinémas contactés ne proposeront aucune séance après 20h. 

"Cela représente douze séances en moins par soir", compte Alexandre Flubacker. "Les séances du soir représentent les plus fortes fréquentations", complète Cyril Désiré. Bref, les exploitants attendent avec impatience le 9 juin où le couvre-feu doit passer à 23h et la jauge en salle doit remonter à 65% de la capacité maximale. 

Du pop-corn en salle ? 

Le gouvernement semble vouloir interdire dans un premier temps la restauration à emporter dans les cinémas mais Alexandre Flubacker fait "valoir que le décret n'est toujours pas tombé sur ce point". Pour le moment, le directeur du cinéma Pathé envisage donc de proposer pop-corn et autres confiseries à ses clients, sauf contre-ordre officiel d'ici le 19 mai. 

Ces ventes sont une source de revenus importante pour de nombreux exploitants. "C'est beaucoup moins taxé que les tickets de cinéma, ça c'est sûr !", réagit Richard Valot. "Elles entrent complètement dans notre business model", renchérit Alexandre Flubacker. "C'est moins important pour nous", complète Cyril Désiré, du cinéma indépendant Le Navire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess