Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Pass sanitaire : les cinémas lorrains contraints de baisser leur jauge pour attirer du public

Par

Pour contrer la baisse de fréquentation qui touchent les cinémas depuis l'instauration du pass sanitaire mercredi dernier, certains cinémas comme Le Concorde à Pont-à-Mousson, ont décidé de baisser la jauge de leur salle à 49 spectateurs.

Le Concorde, à Pont-à-Mousson, a décidé de baisser la jauge de ses salles à 49 spectateurs. Le Concorde, à Pont-à-Mousson, a décidé de baisser la jauge de ses salles à 49 spectateurs.
Le Concorde, à Pont-à-Mousson, a décidé de baisser la jauge de ses salles à 49 spectateurs. © Radio France - Simon Cardona

Les cinémas lorrains n'échappent pas à la baisse vertigineuse de fréquentation de leur salle depuis l'instauration du pass sanitaire, mercredi 21 juillet, pour les adultes qui souhaitent voir un film dans une salle d'au moins 50 places. Alors pour ne plus être contraints de demander le fameux QR Code et ramener le public, certains exploitants ont décidé d'abaisser leur jauge.

Publicité
Logo France Bleu

Jusqu'à -70 % de fréquentation

La solution n'est que temporaire, jusqu'à ce que la loi sur l'extension du pass sanitaire soit appliquée , mais elle évitera au moins une semaine de disette pour Le Concorde, à Pont-à-Mousson, qui a vu, comme d'autres cinémas lorrains, sa fréquentation fondre jusqu'à -70 % certaines journées. "Prendre une gifle comme ça du jour au lendemain, ça fait mal, lâche le gérant, André-Maurice Carlotti. La dernière séance avant la mise en place du pass sanitaire, "c'était Kaamelott, l'avant-première. J'ai rempli mes deux salles : 250 clients. Le lendemain, je dépasse à peine les 100 clients pour toute la journée". 

Après un jeudi et un vendredi tout aussi mornes, André-Maurice Carlotti décide donc de limiter la casse. Il abaisse la jauge de ses salles à 49 places. Plus besoin du pass sanitaire pour les spectateurs_. "Là, c'est vraiment l'aubaine,_ déclare tout sourire Fabien, fan de Kaamelott, mais pas du tout de la vaccination contre le Covid-19. 

André-Maurice Carlotti, le gérant du Concorde, à Pont-à-Mousson. © Radio France - Simon Cardona

"J'ai même eu des clients de Metz et Nancy qui sont venus me voir puisque les grands complexes ne faisaient que des contrôles", complète le gérant du Concorde. Tous les jours, j'ai des remerciements sur ma page Facebook." Sauf qu'André-Maurice, "pro-vaccination", a abaissé sa jauge par contrainte, pour "se sauver", vu que les aides de l'État ne sont plus versées. 

Fin de la jauge à partir du 5 aout

Sa décision est donc prise : la jauge des 2 salles du Concorde sera limitée à 49 spectateurs, jusqu'à ce que la loi sur l'extension du pass sanitaire soit appliquée. Après le vote du Parlement , le Conseil constitutionnel doit encore la valider, à partir du 5 aout.

Après, il faudra se munir obligatoirement d'un pass sanitaire, même dans les salles de moins de 50 personnes. "Donc je me débrouillerai autrement, annonce Fabien, qui est aussi contre le dépistage au Covid-19 en pharmacie. Il n'ira plus au cinéma, à regret. "Je les aime bien [les salariés du Concorde, NDLR], ils sont sympas. Je veux les soutenir autant que possible parce qu'ils ont souffert. Mais je ne pourrai pas."

Les pharmacies sollicitées

Victimes collatérales du pass sanitaire obligatoire dans les cinémas, les pharmacies subissent depuis une semaine de nombreuses sollicitations pour des dépistages antigéniques à la dernière minute. "On m'appelle, on m'appelle beaucoup", reconnait Bernard Toussaint. Ce pharmacien dont l'officine est située juste à côté du cinéma le Concorde, réalise déjà une vingtaine de tests par jour, sur rendez-vous uniquement. 

Bernard Toussaint, pharmacien à Pont-à-Mousson, juste à côté du cinéma le Concorde, a beaucoup de demandes pour des tests antigéniques juste avant que le film ne commence. © Radio France - Simon Cardona

"Les gens qui se présentent pour aller à des séances le soir même, je ne peux pas. Ça prend du temps, de la mise en place. Il faut s'habiller et se préparer. Ça se fait dans un local spécial..." Bernard Toussaint, qui tient la pharmacie seul en fin d'après-midi, recommande de venir le matin ou en début d'après-midi, pour les cinéphiles qui veulent se faire une toile au dernier moment. Et d'appeler avant, surtout.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu