Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les colonies de vacances face au casse-tête des gestes barrières

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Port du masque, distance d'un mètre... Le coronavirus a bousculé l'organisation des colonies de vacances cet été. Au centre de l'UNCMT de Tailleville, dans le Calvados, animateurs et enfants ont dû s'adapter.

Au centre de vacances de Tailleville, dans le Calvados, les enfants se tiennent à distance les uns des autres et les animateurs doivent porter un masque.
Au centre de vacances de Tailleville, dans le Calvados, les enfants se tiennent à distance les uns des autres et les animateurs doivent porter un masque. © Radio France - Chloé Martin

À l'heure du pique-nique, une animatrice distribue un peu de gel hydroalcoolique à chaque enfant. Avec la crise du coronavirus, c'est le nouveau rituel qu'ont dû adopter les colonies de vacances de l'UNCMT (Union normande des centres maritimes et touristiques). Au centre de Tailleville, dans le Calvados, petits et grands respectent de leur mieux les gestes barrières

Mais ce n'est pas toujours évident, surtout pour les plus jeunes. "J'ai envie de faire des checks à mes copains, mais j'essaie de ne pas en faire", avoue Nejim, 10 ans.

Lucas, 11 ans, doit lui porter le masque pour chaque sortie extérieure. "C'est très embêtant parce qu'on a du mal à respirer. Mais quand il faut, il faut"

Des activités davantage en extérieur

Pour faire respecter les distances, les animateurs font preuve de pédagogie.

Les enfants ne comprennent pas forcément le mètre de distance, donc on leur dit d'étendre leurs bras pour garder la distanciation - Léa, animatrice auprès des 6-11 ans. 

Les moniteurs surveillent aussi le lavage régulier des mains et le port du masque pour les plus de 11 ans. 

Ils ont également dû adapter les activités proposées, en privilégiant les jeux extérieurs. 

"On a remplacé les parcs d'attraction par des zoos, le laser game par une séance de char à voile... Les activités dans des lieux confinés et où il y a énormément de monde ont été annulées", explique Jonathan Convert, directeur des séjours au centre de Tailleville pour le mois d'août. 

Des groupes d'enfants séparés

L'UNCMT a revu son organisation logistique. Les 70 enfants du centre sont répartis en six groupes, qui ne se croisent pas pour limiter les contacts.

"Chaque groupe a un espace réservé dans les dortoirs, avec un étage ou un bâtiment pour les 6-11 ans et un pour les 12-15 ans", expose Mickaël Brochen, directeur administratif et financier des centres de vacances normands. "Il y a bien sûr un ménage et une désinfection supplémentaire qui sont faits quotidiennement".  

Si les enfants sont au rendez-vous, les mesures sanitaires pèsent financièrement sur les colonies de vacances. L'UNCMT a ainsi déboursé environ 40 000€ supplémentaires cet été, pour l'achat de masques, de produits d'entretien et pour le personnel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess